Le bouquet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1114 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE DU POÈME « LE BOUQUET » DE JACQUES PRÉVERT
Pour commencer l’analyse de ce poème de Jacques Prévert, on va commenter en premier lieu son sens. Déjà dans les trois premiers vers, on trouve la prédominance de deux pronoms personnels nominaux qui indiquent un des thèmes du poème: > (première personne du singulier) et > (deuxième personne du singulier). Dans ce trois premiers vers onaperçoit l’importance de ces deux personnes (toi et moi) dans le poème, laquelle est souligné par la répétition de ces mots (ou d’autres avec le même référent : le tien (v. 6, 20), le mien (v. 7, 20)), les positions où ils se trouvent (Parallélisme) et le renforcement du sens grâce aux couplages phonétiques en [wa] et aux antithèses. Pour cela, dans les vers suivants on se rend compte que le thème dupoème est l’amour entre deux personnes, pensée renforcé au vers 18 où on trouve le déterminant possessif > et où l’idée d’un amour total entre deux personnes, deux amants et un seul cœur par lequel coule le même sang. Ce sentiment est souligné d’abord par différents couplages sémantiques comme : battement, cœur et sang (vers 4, 5, 6, 14, 18, 19).
Mais pour trouver le sens complet du poème on doitparler du deuxième sujet déjà noté : à partir du vers 9 on peut apercevoir la prédominance du sème du jardin et des fleurs, souligné grâce aux termes : fleur, arrosée, fleuriste, jardinier et bouquet (vers 5, 9, 10, 11, 12, 13, 15, 16, 19). Ces deux idées de l’amour est les fleurs sont mis en relation dans le vers 5 grâce à une métaphore (vers 4 et 5) et à un couplage phonétique entre > et >[œR], renforcé aussi par un autre couplage > et > [ ]. Sa fonction est mettre en rapport l’éphémère de l’amour et donc de la vie, c’est à dire, la fleur ne persiste pas beaucoup, elle a une vie très courte comme un battement de cœur et chaque battement de cœur est une fleur dans le poème. Si on continue avec cette logique, on comprend qu’un bouquet est un ensemble de fleurs, de battements, c’est àdire, le bouquet symbolise et représente la vie. Ce n’est pas coïncidence que le titre du poème soit >, il s’agit d’un paratexte de type métaphorique et symbolique qui englobe les deux sujets du poème.
Pour continuer avec les sèmes des fleurs et de la jardinerie, on doit remarquer l’importance de deux autres mots qui apparaissent toujours ensemble dans le poème : fleuriste et jardinier. On lestrouve toujours dans deux vers contigus où ils sont mis en rapport grâce aux parallélismes (vers 9, 10, 12, 13, 15, 16) et ils sont opposés à travers l’antithèse des vers 9 et 10 qui marquent un microcontraste. On peut voir comme l’énigme du poème commence se dévoiler. Le poète dit que la vie est une fleuriste à travers une métaphore, cela suit la logique antérieure : si une fleur est un battement decœur, si un bouquet de fleurs est un ensemble de battements qui nous permettent vivre, c’est naturel que la vie soit une fleuriste, représentante de la plus belle époque de l’année (le printemps), de la joie et de la beauté éphémère de cette saison qui nous donne un nombre déterminé de fleurs à chacun, un nombre déterminé de battements. Pour justifier ces affirmations, on peut voir dans le vers11 que la fleuriste n’est pas triste et qu’elle sourit (cette signification est renforcée grâce au couplage phonétique établie entre fleuriste et sourit [Ri] au vers 15). On trouve aussi un autre renforcement de cette justification dans l’utilisation du mot > (vers 14) mis en rapport avec le mot > relié aux vers précédent par un parallélisme.
Tandis que la vie est une fleuriste, la mort est unjardinier. Le symbole du jardinier comme la mort peut être vu de différentes façons, mais on peut dire que les jardins sont les lieux les plus communs où on trouve les cimetières. C’est aussi en relation avec les dépôts de gerbe aux morts. Pour continuer avec ce sujet, le terme > est qualifié comme «  non méchant », ce qui veut dire que la mort n’est pas une mauvaise chose mais quelque chose...
tracking img