Le burn out

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2122 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le 27 Septembre 2007.

LE BURN OUT

Les différents sites qui ont permis de réaliser ce document sont :
• www.mieux-etre.org
• www.leburnoutsesoigne.com
• www.avenirsocial.ch.fr
• www.santepsy.ulaval
• Article de Alain RIOUX, psychologue (1996).
• Herbert FREUDENBERGER « l’épuisement professionnel, la brûlure interne ». Quebec. 1987.Edition :G.MORIN.HISTORIQUE
La notion de burn out apparaît au milieu des années 1970 en Amérique. C’est en 1974 que le docteur FREUDENBERGER, psychanalyste, décrit le burn out de la manière suivante :
« Un effondrement, un épuisement ou une fatigue extrême provenant d’une demande excessive d’énergie, de force ou de ressources »[1].
Selon cette définition, le burn out se manifeste de la manière suivante :« L’individu devient rigide, entêté, intransigeant. Il bloque tout progrès et changement constructifs parce que le changement exige davantage d’efforts d’adaptation. L’individu devient le cynique de service et semble plongé dans la dépression. »[2]
En 1975, le Dr FREUDENBERGER décrit 3 types de travailleurs particulièrement exposés au burn out :
1. le travailleur qui accepte une charge de travailtrop lourde,
2. le travailleur trop déterminé dont la vie à l’extérieur du travail est peu satisfaisante,
3. le travailleur autoritaire qui a l’impression que personne d’autre que lui ne peut faire le travail aussi efficacement.
Plus tard, en 1976, C.MASLACH, psychologue et enseignante en universités américaines, donne une définition plus complète du burn out. Elle inclus l’épuisementphysique et mental chez tous les professionnels dont le travail implique un contact continu avec les autres.
Elle suggère également que ce syndrome est causé par un stress de longue durée qui n’est pas contrôlé par le travailleur ; cela n’apparaît pas brutalement.
En 1986, C. MASLACH et S.JACKSON identifient 3 axes au syndrome du burn out, encore utilisés aujourd’hui en littérature scientifique :• épuisement émotionnel,
• dépersonnalisation, ou la déshumanisation de la relation à l’autre,
• accomplissement personnel, ou la perte du sens de l’accomplissement de soi au travail.
D’autre part, C. MASLACH et S.JACKSON ont créé un outil d’évaluation du burn out, le M.B.I = Maslach Burnout Inventory.

DEFINITION
Le burn out, chez les anglo-saxons, est traduit par « seconsumer entièrement jusqu’à ce que toute substance énergétique disparaisse ».
En français, on parle de « syndrome d’épuisement ou d’usure professionnelle, parfois de fatigue de compassion. »
De part ces différents aspects, les causes du burn out sont à chercher dans le travail que l’on exerce.
« Le burn out n’est pas considéré comme une maladie psychique, c’est la conséquence d’un stress chronique(…).Le burn out est un déséquilibre entre l’effort fourni dans le travail et la régénération, le ressourcement pour récupérer son énergie »[3]
C.VASEY, psychologue, estime qu’une durée de 6 mois minimum est nécessaire pour commencer à parler de burn out. Les périodes de stress, de surcharge de travail sont normales, voire motivantes et/ou valorisantes si elles sont limitées dans le temps.MAIS QU’EN EST-IL LORSQUE LA SURCHARGE DE TRAVAIL, « LES EFFORTS SURHUMAINS » DURENT DES MOIS, VOIRE DES ANNEES ???

LES CAUSES DU BURN OUT
Le burn out est un phénomène complexe. Il dépend de différents facteurs :
• ceux liés à l’individu : sa façon d’appréhender son travail, l’engagement et l’importance de l’identification au travail,
• ceux extérieurs : organisation du travail…
Ilest évident que même si tous les facteurs sont réunis, cela ne veut pas dire que le burn out se concrétisera.

Attentes élevées à l’égard de soi-même :
Certaines personnes pensent qu’elles peuvent, ou doivent, accomplir tout ce qu’elles se fixent comme objectif(s) de travail.
Une personne qui « gère bien son stress » aura ces objectifs comme idéaux théoriques qui balisent son travail...
tracking img