Le bushido et la chevalerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1311 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La problématique de notre étude comparative du bushido et de la chevalerie se découpe en deux parties : leur différence supposée puis leur influence sur leurs pays respectifs. Notre étude se découpe selon le schéma suivant :
I.Sont ils vraiment si différents ?
- leurs origines.
- leurs éthiques religieuses.
- leurs credo.
II. Quelles sont leurs influences sur les mentalités de leurs pays ?- Au niveau politique.
- Au niveau de la culture et des arts.
Dans la mentalité occidentale du moins, il est souvent admis que les cultures orientales et occidentales ne peuvent être comparées car trop différentes. Mais est-ce vraiment le cas ?
En effet l’on peut observer que le processus de création du bushido et de la chevalerie se ressemble énormément. Les deux se sont installés dans unclimat de restructuration. Au Japon le bushido s’est installé suite à l’assimilation de la culture chinoise ce qui mena à une restructuration du pays et la naissance du bakufu. En Europe, après la chute de l’empire romain et sous Henri Ier l’église créa les premiers ordres de chevalerie, pour réinstaurer un ordre nouveau et éviter le grand banditisme. L’on observe ainsi que bushido et chevaleriesont des héritages du féodalisme.
Les deux institutions sont également liées à la religion. Au Japon le bushido a pour racines le Bouddhisme (les samurais y trouvant une philosophie de l’approche de la mort leur étant nécessaire pour l’accomplissement de leur devoir) ainsi que dans le confucianisme (concernant tout ce qui concerne les vertus : respect des aînés et de la hiérarchie, loyauté ethonneur… en somme la voie du jinja). En occident l’église est pour ainsi dire la base de la chevalerie, les chevaliers y trouvant à la fois un but (servir Dieu, l’église et les plus faibles) et un art de vivre (suivant les commandements de la Bible, comment être bon).
Leurs crédos se ressemblent également au niveau contenu. En effet les deux ont un certain nombre de vertus primordiales telles quel’honneur, la fidélité, le respect… C’est au niveau des préceptes que les deux diffèrent. Au niveau du bushido, il s’agit plus de préceptes confucéens et de dévouement à l’Empereur et à leur pays. La chevalerie a une application différente passant par l’église, au nom de Dieu et pour Dieu, le reste passe en second et uniquement si cela est en accord avec les enseignements De l’église. La chevalerieest bien plus ancrée dans la religion que le bushido.
Au niveau des influences postérieures, on peut noter deux domaines dans lesquels elles s’appliquent. Le premier domaine d’influence est politique. Au Japon, hormis la grande rigueur au travail dans le Japon d’après guerre ( et qui a été encouragée par l’Etat car hautement bénéfique en période d’industrialisation), héritage très confucéen ;l’héritage du bushido se retrouve dans un mouvement politique nationaliste appelé le Uyoku Dantai , désirant la suppression de l’article 9 de la Constitution ainsi que le retour à un Japon fort (notamment nostalgie de l’expansionnisme de Shôwa ), ce qui rappelle l’amour du pays appliqué dans le bushido. En France, l’on retrouve le même schéma de mouvement politique nationaliste avec le Front Nationaldésirant aussi le retour à une époque considérée comme « forte », voire le retour à la monarchie (beaucoup bénéficiant encore d’un titre nobiliaire ou de chevalier). Ils se retrouvent dans des grandes figures historiques telles que Charlemagne ou Jeanne d’Arc.
L’héritage culturel se retrouve en général dans les arts. Au niveau du Japon trois œuvres choisies :
-Le Traité des Cinq Roues(Miyamoto Musashi, 1645) ouvrage en quelque sorte fondateur du bushido, il s’agit d’un traité d’art martiaux doublé d’un essai philosophique.
-La Fertilité de la Mer (Yukio Mishima, 1965/70) Yukio Mishima était un descendant de samurai qui évita d’être enrôlé lors de la seconde guerre mondiale prétendant être atteint de tuberculose. Suite au malaise de ce mensonge, il s’engagea dans les Forces...
tracking img