Le capitalisme financier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1222 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture sur “le capitalisme financier : un état des lieux”

“Le capitalisme financier : un état des lieux” est le premier chapitre du livre “Dérives du capitalisme financier” écrit par Michel AGLIETTA et Antoine REBÉRIOUX. Dans ce livre, ils revisitent de manière approfondie les théories de l'entreprise et les logiques financières à l'œuvre. Michel AGLIETTA est professeur àl'Université Paris-X, consultant auprès du Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII). Il est l'un des fondateurs de l'école de la régulation. Il est un spécialiste d'économie monétaire internationale et connu pour ses travaux sur le fonctionnement des marchés financier. Antoine EBÉRIOUX est maître de conférence à l'Université Paris-X, membre du laboratoire EcomomiX, ses thèmesde recherche sont gouvernance d'entreprise, théorie de la firme et gestion de l'emploi.
Le premier fait un “état des lieux” consiste à la description de la montée en puissance de la finance de marché, l'essor de la “souveraineté actionnariale”, le rôle de la révolution des TIC, et enfin l'articulation des deux processus financier et technologique.

1. la montée en puissance de la finance demarché
Au sortir de la Seconde Guerre mondial et jusque dans les années 1970, les gouvernance des entreprises des deux côtés de l'Atlantique se rejoignent sur un point : la faiblesse des mécanismes de marché, et des marchés financiers en particulier.
Au tournant des années 1980 s'amorce un processus de libéralisation et d'intégration des marchés de capitaux. Des réformes institutionnellesvisent à favoriser la négociabilité des titres et les transferts de risque qui sont facilités par la création de nouveaux produits financiers. La dynamique de l'offre et de la demande de titres financiers est favorable et s'accélère dans les années 1990.
Du côté de l'offre de titres de propriété, le nombre de sociétés cotées s'accroît, de même que les émissions d'actions. Pour une entreprise,l'objectif premier d'un appel aux marchés boursiers est le transfert de créances : la négociabilité des titres permet aux sociétés en place souhaitant liquider leur créance de sortir du capital. Deux nouvelles fonctions des marchés financiers ont émergé récemment : la croissance externe (les marchés boursiers ont permis de financer des acquisitions, amicales ou hostiles, par échange de titres OPE) ;la gestion et la rétention des compétences clés (il s'agit de la mise en place de schémas de rémunération par options d'achat d'actions, les stock options). La décomposition des risques et leur quantification par des méthodes statistiques, permettent leur transfert par des instruments de marchés (produits dérivés).
Du côté de la demande de titres, la densité des flux d'épargne augmente avec levieillissement de la population dans les pays occidentaux, les investisseurs institutionnels (regroupe les caisses de retraites, les organismes de placement collectif et les compagnies d'assurance) rassemblent l'épargne des ménages et diversifient leurs placements en vue d'obtenir des rendements corrigés du risque que l'intermédiation bancaire ne pouvait pas atteindre.
Ces transformations de lasphère financière ont profondément affecté les sociétés cotées : les prises de contrôle hostiles (OPA et OPE) se multiplier dans les années 1980 aux États-Unis. Ce renouveau actionnarial conduit au retour en force des actionnaires. Au tournant des années 1990, le marché du contrôle ralentit avec l'adoption d'une législation freinant les prises de contrôle hostiles. Face aux obstacles législatifs,le pouvoir actionnarial va préférer la prise de parole plutôt que la vente des titres. Les actionnaires peuvent utiliser les moyens juridiques pour contrôler la direction des entreprises, à commencer par les droits de vote attachés aux titres de propriété. Les chartes véhiculent une conception de la responsabilité de la firme et de ses dirigeants, qualifiée de “valeur actionnariale”. Cette idée,...
tracking img