Le chef d'oeuvre inconnu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1783 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Stendhal, Le Rouge et le Noir, « Avec la vivacité […] si près de lui. », livre I, chapitre 6
INTRODUCTION En 1830, Stendhal rédige Le Rouge et le Noir, roman d’apprentissage qui nous livre une description de la France de la Restauration présentée comme un monde médiocre où dominent les conspirations et l’arrivisme d’une nouvelle classe sociale : la bourgeoisie. Stendhal relate l’itinéraire deson héros Julien Sorel, qui à travers ses conquêtes sentimentales parviendra à gravir les échelons de la société. Ce roman met donc en scène deux aspirations : d’une part la réussite sociale et d’autre part, l’amour. Nous sommes ici au chapitre VI du début du roman. Monsieur de Rênal a engagé Julien Sorel, fils de charpentier de la petite ville de Verrières, en qualité de précepteur de ses enfants.Ce passage se situe au moment où Julien arrive chez Madame de Rênal et fait sa connaissance pour la première fois. Jusqu’ici, Stendhal nous avait présenté séparément les deux personnages. Nous examinerons les différents moyens utilisés par l’auteur pour mettre en place une scène si romanesque dans sa simplicité qui deviendra au fil du texte une scène de rencontre amoureuse.

I.

LE DECALAGEENTRE L’APPARENCE DE JULIEN ET SA FUTURE FONCTION

Dans les chapitres précédents, le lecteur avait déjà fait la connaissance des deux personnages de cette scène. Julien Sorel est décrit aux chapitres IV et V comme un être fragile, timide, qui tente d’échapper à la cruauté de son père qui l’insulte de « chien de lisard ». Madame de Rênal est, elle, décrite au chapitre III comme un être d’une grandebonté, quelque peu naïve, et sous la coupe de son mari. Ici, Stendhal va reprendre certains traits physiques et moraux de ses personnages mais va aussi aller plus loin en créant un certain décalage. Julien, que nous avions vu dominé et martyrisé par son père, va enfin pouvoir prendre son envol en acceptant de devenir précepteur. Cette fonction à elle seule est synonyme pour lui d’ascensionsociale. C’est pourquoi Julien éprouve une certaine angoisse à l’idée de se retrouver dans la maison d’un maire, lui qui est issu d’un milieu paysan. Nous avons là un premier décalage concernant le milieu social : Julien adopte une fonction intellectuelle qui s’oppose au milieu manuel dont il est issu (cf. la répétition des expressions « jeune paysan » et « ce petit paysan »). Stendhal mettra l’accentsur l’apparence et sur la provenance sociale de Julien en insistant à plusieurs reprises sur le bien fondé de son savoir (cf. l’étonnement de Mme de Rênal : « Vous savez le latin ? », phrase qui sera répétée plus loin dans le texte lorsque Julien récite par cœur des passages en latin). L’apparence de Julien ne correspond pas à l’attente de Madame de Rênal, c’est un second décalage pour le lecteur.En effet, elle est loin de s’imaginer qu’il s’agit là du fameux précepteur dont lui a parlé son mari. Ainsi, on notera une gradation dans la manière de dénommer Julien, au fur et à mesure que Madame de Rênal le découvre (car Stendhal utilise ici le point de vue interne de Mme de Rênal, ce qui renforce encore davantage ces décalages) : « ce petit paysan », « cette pauvre créature », « ce jeunehomme », « ce précepteur ». La précision de ces expressions correspond à la reconnaissance progressive de Julien qui, en quelques lignes, acquière un statut social. D’une certaine manière, il s’agit là d’une mise en abyme des caractéristiques du roman d’apprentissage. Ainsi, l’attente de madame de Rênal semble trompée : Julien ne correspond pas à l’image que l’on se fait d’un précepteur, ce qui estrendu par l’expression dépréciative « ce fatal précepteur ». Au contraire, Julien va être présenté presque comme un enfant, d’où la métaphore filée de la douceur enfantine : « qui venait de pleurer », « tout honteux de ses larmes ». Cette scène évoque d’une

Stendhal, Le Rouge et le Noir, « Avec la vivacité […] si près de lui. », livre I, chapitre 6
certaine manière la scène de rencontre entre...
tracking img