Le cheminement de la demande

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1171 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE CHEMINEMENT DE LA DEMANDE | |
Actuellement, les professionnels de l’insertion travaillent de plus en plus en intégrant les dimensions sociales et psychiques.

Dans l’insertion, la demande d’aide se construit de personne à personne. Par exemple, dans le PRE (Programme de Retour à l’emploi), les composantes familiales sont souvent hors cadre alors qu’elles sont souvent au 1er plan pour lapersonne.

La souffrance psychique peut être de deux origines :
- Ou inhérente à la personne,
- Ou due aux politiques sociales défaillantes.

Les professionnels de l’insertion appréhendent les conséquences futures de ces politiques sociales sur la santé mentale de ces personnes. Par exemple, l’indécision accroît les risques psychiques.

Les travailleurs sociauxdéplorent l’absence d’informations sur les problèmes psychiques.

|LA PROBLEMATIQUE DE LA DEMANDE D’UN GENERALISTE |

En cabinet, arrivent des personnes fragilisées tant par des difficultés psychiques voire mentales que par des difficultés économiques.

Ce sont des personnes déstructurées dans leur tête etnotamment dans la relation à l’autre et à l’environnement social, ils sont incapables de mobiliser leurs propres ressources au moins momentanément et sont souvent éloignés de la réalité du monde.

- Quelle est la demande ?

Aucune, sauf une situation d’urgence ressentie. Le déprimé ne demande pas à être hospitalisé.

Il est avant tout nécessaire de repérer dans cette crise lanature des troubles, les réactions auto ou hétéro agressives, son ressenti ou ses représentations ainsi que les réactions de l’entourage.

- Pourquoi face à des réactions similaires, j’ai des ressentis différents ?

Il est indispensable de se positionner en repérant ses propres représentations voire ses craintes et ses propres peurs.

La crise peut le plus souvent est résolueavec le temps ≠ réactions dans l’urgence.

|La priorité ≠ crise psychosociale, urgence psychiatrique. |
| |
|La psychiatrie n’a pas changé, c’est juste une « délocalisation » despathologies. |
|Alcool = dépendance à… |

Les situations de crise révèlent des contradictions au niveau de l’accompagnement et notamment la difficulté de réunir les conditions d’une bonne écoute.

En effet, la crise nécessite unedisponibilité immédiate et un temps d’écoute rarement possibles :
- Le temps du recul,
- Le temps du diagnostic,
- Les conditions qualité / sécurité.

Le temps d’écoute permet de dédramatiser, de désamorcer…

C’est une réflexion à partir des possibles pour essayer de trouver des solutions avec lui, pour lui. Réflexion à mener également avec le réseau.|L’accompagnement = abandonner son pouvoir, s’autoriser une relation affective. |
|C’est aussi abandonner l’illusion de la solution unique et parfaite. |

Ca n’est possible qu’en rapprochant les professionnels de santé et les intervenants sociaux.

||
|COOPERER = RESEAUX SANITAIRES ET SOCIAUX |

Une bonne santé psychique est nécessaire pour demande de l’aide. Ca suppose de reconnaître face à soi-même et aux autres qu’on a un manque....
tracking img