Le choc des civilisations, samuel huntington

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2698 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le choc des civilisations
Samuel Huntington

Cet ouvrage de Samuel Huntington fait suite à la parution dans la revue américaine Foreign Affairs d’un article qui s’intitulait « The Clash of Civilizations ? » qui avait déjà fait grand bruit en son temps.
Samuel Huntington est professeur à Harvard. Dans ce livre l’auteur pose et répond à la question : après la guerre froide, l’Histoire va elleêtre dominée par des conflits entre cultures-civilisations ?
Il explique en effet que durant la Guerre Froide, les conflits reposaient sur une opposition idéologique entre libéralisme et communisme. Les relations internationales reposaient sur une lecture bipolaire du monde. Dans ce système, un Etat pouvait décider de rejoindre l’un ou l’autre des camps par sensibilité idéologique ou par intérêtéconomique et politique. En proposant une nouvelle grille de lecture reposant sur l’identité culturelle, Samuel Huntington souhaite montrer que les Etats ne se demandent plus qui ils ont intérêt à rejoindre, mais qui ils sont.
L’ouvrage se décompose en quatre grandes parties.
1. Un monde divisé en civilisations.

Cette première partie consiste en un premier cri d’alerte. Il dénonce fermementl’idée selon laquelle la civilisation occidentale serait universelle. Autrement dit, il explique que cette civilisation n’est pas LA Civilisation mais une civilisation parmi d’autres. Cet universalisme ne serait qu’arrogance envers les autres civilisations. Selon Huntington, il n’y a pas d’occidentalisation du monde comme pourrait le laisser croire la réussite internationale de grandes multinationalestelles que Coca-Cola ou que Mc Donalds. Considérer cela comme une occidentalisation du monde, non seulement ne prendrait pas compte de la superficialité du phénomène, mais en plus cela serait la preuve d’une vision dégradante de la civilisation occidentale.
Très vite l’auteur définit la civilisation et énumère celles qui pour lui sont les huit plus grandes civilisations, celles qui comptent. SelonHuntington, les nations se définissent et s’affirment de plus en plus en fonction de leur langue, de leur histoire, de leur religion et de leurs traditions. Les vraies différences ne seraient plus des différences économiques ou idéologiques, mais bien des différences culturelles. Mais au-delà de ces affirmations locales qui expliquent la plupart des conflits locaux, l’auteur met en avant unmouvement de fond parallèle qui oppose des blocs de civilisation. Une civilisation est une culture au sens large. Cela inclut « les valeurs, les normes, les institutions et les modes de pensée auxquels les générations successives ont attaché une importance cruciale ».
Il y a selon l’auteur huit grandes civilisations :
- la civilisation chinoise qui repose sur le confucianisme
- la civilisationjaponaise, dérivée de la culture chinoise
- la civilisation hindouiste avec l’hindouisme
- la civilisation musulmane
- la civilisation occidentale
- la civilisation orthodoxe
- la civilisation de l’Amérique latine
- la civilisation africaine

2. L’équilibre instable des civilisations

Huntington met en avant le déclin relatif de l’Occident et souligne la montée en puissance des deux blocsconcurrents les plus dynamiques que sont la civilisation musulmane et les civilisations asiatiques.
Selon l’auteur, le déclin de la civilisation occidentale a trois caractéristiques. Tout d’abord, ce déclin est un « processus lent ». L’hégémonie occidentale sur le reste du monde s’est faite en quatre siècles. Son déclin peut tout aussi bien être lent. Ensuite, ce déclin ne « suit pas une lignedroite ». Cette civilisation est composée de deux grands centres que sont l’Europe et l’Amérique du Nord et qui prennent le relais l’un après l’autre. De fait, cette civilisation a un fort potentiel de renouveau. Enfin, l’auteur souligne que la part de l’Occident a atteint un sommet au début du XXème siècle dans la plupart des ressources importantes en termes de puissance, c'est-à-dire dans...
tracking img