Le chomage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2622 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
QUEL EST AUJOURD’HUI LE TAUX D’ACTIVITE?

Taux de chomage=actifs innocupes(= chomeurs)/
Population active
En économie, la population active se définit comme étant «l’ensemble des individus exerçant ou déclarant chercher à exercer une activité rémunérée » (INSEE).

DES CHOMAGES ET DES CHOMEURS DE NATURE DIFFERENTE

‘’DES CHOMAGES ET DES CHOMEURS DENATURE DIFFERENTE’’

LES TYPES DE CHOMAGE ET DES CHOMEURS
CITATIONS
EXPLICATIONS
LES CAUSES et les effets DE CHOMAGE
LE COUT DU TRAVAIL
LE NIVEAU D'ACTIVITE ECONOMIQUE INSUFFISANT

LA LUTTE DE LA REPUBLIQUE ARMENIIENNE CONTRE LE CHOMAGE
1.LE TAUX DE CHOMAGE EN ARMENIE
2.LA STRAEGIE DE L’ETAT CONTRE LE CHOMAGE

Un chômeurest donc toute personne qui, apte à travailler, est sans emploi et en recherche un.
L’analyse économique distingue plusieurs types de chômage. La typologie la plus récurrente est celle basée sur la cause : mobilité volontaire des travailleurs ; niveau d’activité (conjoncture) et structures économiques et sociales.

Citons-en trois principales et deux secondaires :

1. Le chômagefrictionnel, (ou chômage de mobilité,chomage naturel): les travailleurs employés sont en permanente mobilité. À tout moment, des individus quittent leur emploi pour changer d'entreprise, de région, de poste, de conditions de travail, de salaire. À la mobilité entre les différents emplois s’ajoutent les périodes de mobilité entre activité et inactivité.

2. Le chômage conjoncturel est lié à l’évolutionrégressive de l’économie, au ralentissement de l’activité. La trajectoire du PIB détermine le volume et le nombre d’emplois.

3. Le chômage structurel découle de l’inadéquation qualitative entre l’offre et la demande de travail. Durant les périodes de mutation industrielle certains secteurs déclinent rapidement au profit de nouveaux secteurs en développement. 
[pic]

4. Le chômage saisonnier, liéaux variations d’activité au cours de l’année dans certains secteurs économiques (exemple : le tourisme).

5. Le chômage technique, subi par des travailleurs dont les moyens de production sont tombés en désuétude.

a.Le chômage de longue durée

On considère généralement comme chômeur de longue durée, un demandeur d'emploi au chômage depuis douze mois ou plus. 

Pour les jeunes, ce seuilest abaissé à six mois. A partir de vingt-quatre mois, on parle parfois de "chômage de très longue durée" 

Les seuils retenus sont conventionnels. Ils ont été définis pour permettre la mise en œuvre des politiques d'emploi et leur suivi parce que la lutte contre le chômage de longue durée fait partie des préoccupations des politiques nationales en faveur de l'emploi et de la stratégie de larepublique pour l'emploi, soit pour aider les chômeurs concernés à s'insérer ou se réinsérer sur le marché du travail (politiques « curatives »), soit pour essayer d'éviter la survenue de cette situation parce qu'un éloignement durable du marché du travail rend ensuite le retour à l'emploi plus difficile (politiques « préventives ») .

b.Le chômage d’exclusion

Pour que le chômage devienne unchômage d’exclusion, il faut la présence simultanée de plusieurs facteurs. Des chômeurs de longue durée deviennent des exclus par manque de scolarité ou de formation professionnelle, par la perte ou l’inadaptation des qualifications acquises, par la perte de statut social.
Et pourtant toute situation de chômage, surtout lorsqu’elle est indemnisée, même le chômage de longue durée, ne conduit pasautomatiquement à l’exclusion.

c. Le chômage des jeunes : 

Les moins de 25 an, en dépit d’un taux de chômage élevé, sont relativement rarement à la recherche d’un emploi, dans la mesure où nombre d’entre eux sont scolarisés.
Leur insertion professionnelle, plus difficile que dans le passé, se réalise aujourd’hui au prix d’une précarité croissante.

d. Le chômage des diplômés

Le taux de...
tracking img