Le cid de corneille

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (598 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La pièce de Corneille, Le Cid, a été créée à l’époque où la littérature française était réglementée. Il y avait des règles et des normes fondées sur l’Antiquité grecque et romaine. Corneille utilisecertains de ces règles lors de la création du Cid, mais en même temps il y apporte beaucoup de nouveaux éléments. La différence principale du Cid par rapport aux autres tragédies de cette époqueconsiste dans la construction d’un conflit psychologique intense. Le dramaturge montre non seulement la situation critique, mais il nous fait découvrir le côté intérieur du conflit et la souffrancedouloureuse de ses personnages principaux.
Le moment culminant de la tragédie est le monologue de Rodrigue.

« Percé jusques au fond du cœur », Rodrigue est confronté à un dilemme crucial : renoncer àson amour et venger son père, ou choisir Chimène et perdre son honneur.

Que je sens de rudes combats !
Contre mon propre honneur mon amour s'intéresse :
Il faut venger un père, et perdre unemaîtresse.
L'un m'anime le cœur, l'autre retient mon bras.

Tout au long de son monologue son âme se déchire entre deux êtres qui lui son chers, entre l’amour et l’honneur.

Des deux côtés monmal est infini.
Ô Dieu, l'étrange peine !
Faut-il laisser un affront impuni ?
Faut-il punir le père de Chimène ?

De plus, l'amour et l'honneur sont les deux qualités intégrantes de lapersonnalité digne. La perte de l’un entre d'eux est la honte et l'échec que rendent ses pensées tristes. Il pèse péniblement sa passion d'amour pour Chimène et son devoir qui l’appelle vers la restitutionde l'honneur familial.
Noble et dure contrainte, aimable tyrannie,
Tous mes plaisirs sont morts, ou ma gloire ternie.
L'un me rend malheureux, l'autre indigne du jour.
……………………………………………………….Je dois à ma maîtresse aussi bien qu'à mon père;
J'attire en me vengeant sa haine et sa colère;
J'attire ses mépris en ne me vengeant pas.
À mon plus doux espoir l'un me rend infidèle,
Et...
tracking img