Le classicisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1417 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le classicisme
Un mouvement littéraire et culturel
Qu’est ce que le classicisme (mouvement littéraire) ? Le classicisme est un mouvement littéraire et artistique qui débute au milieu du XVIIe siècle. Le classicisme français est historiquement lié à l’ascension personnelle de louis XIV. D’abord propre à la France, le rayonnement culturel du classicisme esttel que le mouvement s’étendra peu à peu à d’autres pays, comme l’Angleterre ou L’Espagne. Il désigne un ensemble de valeurs et de critères qui définissent un idéal s'incarnant dans l’« honnête homme » et qui développent une esthétique fondée sur l'idéal de perfection. En effet le classicisme s’impose comme une remise en ordre s’appliquant aux arts comme aux esprits. Au XVIIe siècle,l’Europe est encore marquée par l’esthétique baroque, esthétique du mouvement, de l’excès, de l’illusion, lié à un pessimisme profond quand à la place de l’homme dans le monde. Parmi les grandes règles de l’écriture classique s’impose la règle des trois unités, que Boileau résume ainsi : »Qu’en un lieu, en un jour, un seul fait accompli/Tienne jusqu’à la finle théâtre rempli ». L'action doit se dérouler en vingt-quatre heures (unité de temps), en un seul lieu (unité de lieu) et ne doit être constituée que d'une seule intrigue (unité d'action). Ces règles poursuivent deux buts principaux, d'une part il s'agit de rendre l'action théâtrale vraisemblable car les décors n'ont pas besoin de changer et l'action se déroule en untemps qui pourrait être le temps de la représentation. D'autre part l'action est plus facile à suivre car les intrigues compliquées mêlant de nombreux personnages sont proscrites au profit d'intrigues centrées sur peu de personnages. La règle de bienséance consiste à ne jamais choquer, on écarte la violence physique mais aussi l'intimité physique. Les scènes violentes doiventainsi être racontées par un personnage.
Le contexte historique et politique. En accédant au pouvoir, en 1661, Louis XIV met en place la monarchie absolue. Le roi concentre tous les pouvoirs. Les nobles deviennent des courtisans, et sont privés de leur pouvoir politique. L’établissement d’un pouvoir fort, centralisé, incarné par le Roi-soleil, monarque absolue dedroit divin, aura une influence décisive sur les productions artistiques. Ce pouvoir les oriente vers la mesure, l’harmonie, la raison, devenues caractéristiques du classicisme français. Les liens entre la politique et les arts sont très fréquents au XVIIe siècle. Louis XIV réunira fréquemment à la cour les plus grands artistes de l’époque, les écrivains, mais aussiles sculpteurs et les architectes qui bâtiront Versailles. Il leur offre toutes les bonnes conditions pour produire les chefs-d’œuvre du classicisme. Ainsi l’admiration entre le monarque et l’artiste est souvent sincère. Un artiste pensionné est un artiste résidant chez le Roi, comme Molières, Racine, Lully. Ces artistes mettent leur art au service de lapropagande politique, il touche une pension du Roi. Au XVIIe siècle, le terme d’ »honnête homme » regroupe toutes les vertus jugées indispensables à un homme ou une femme : noblesse d’âme, loyauté, dignité, raison, mesure et maîtrise de soi, culture raffinée sans jamais devenir prétentieux. L’honnête homme est celui, dans la vie sociale de l’époque, qui parvient àapprécier les autres sans s’effacer lui-même, qui cultive le juste et difficile équilibre de l’être et du paraître, du naturel et de l’artificiel. Cet idéal de l’honnête homme, issu en partie de l’humanisme et de la pensée de Montaigne, reste fondamentalement lié au classicisme français, lui-même en recherche permanente dans tous les domaines de cet équilibre, de cette mesure qui...
tracking img