Le classicisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1426 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

I-Le classicisme
* Définition
* Principes

II-Esthétique

III-Les grandes figures

Conclusion

Exposants : Amadou Sega DIA
Fatou Binetou MASSALY
Marième MBODJ

Introduction
Le mot ‘classique’ a aujourd’hui plusieurs sens. Par ‘classique’ on peut entendre ‘habituel’, ou‘conforme’ à l’ordre social, comme par exemple dans l’expression ‘une coupe de cheveux classique’. On qualifie aussi de ‘classique’ des livres écrits ou avant ou après la période classique. Cette période du 17e et s’épanouissant vers 1660-1680, a vu naître un courant de pensée qui a touché tous les domaines artistiques : le classicisme

I-Le classicisme
* Définition
En latin classicussignifie ‘‘premier ordre’’, citoyen de première classe, et le terme connote l’idée d’excellence reconnue et que l’on étudie. Une nouvelle signification du terme survient au XIXe siècle.  « Classique » et « classicisme » désignent les auteurs de la seconde moitié du 17e siècle, siècle d’or de la littérature, qui développent une esthétique fondée sur l’idéal de perfection.
Le classicisme françaiscorrespond à une période brève dans l’histoire de la France, la 1ere partie du règne personnel de Louis XIV (1661-1685). Ce n’est pas une école, mais l’affirmation d’un consensus autour des mêmes modèles et mêmes goûts. Ainsi le classicisme possède une poétique un ensemble de règles établies par des théoriciens. Il devient un modèle artistique à suivre.
* Principes
C’est en effet au XVIe siècleet au XVIIe siècle que notre français moderne s’est formé et a atteint ses formes lexicales et syntaxiques actuelles (à quelques exceptions près) 1669 vit d’ailleurs la publication du premier dictionnaire de langue française et 61ans plutôt, Richelieu créa l’Académie française, utilisant la langue du Roi.
Les écrivains classiques cherchent aussi à s’imposer des règles, des contraintes, au nom dela vraisemblance, et à peindre la vie telle qu’elle apparaît à leurs yeux et à la philosophie.
Les caractères du classicisme :
* Le culte des anciens :
Il se retrouve dans les tragédies classiques le plus souvent tiré de la mythologie grecque ou de l’Antiquité historique. Ce culte transparaît également avec l’établissement des règles classiques directement inspirées par Horace et Aristote. Onpeut également rappeler que la majorité des Fables de La Fontaine sont adaptées de leurs équivalentes antiques, et que même un auteur comique, Molière s’est inspiré de Plaute.
* La définition de tous les genres littéraires :
C’est à l’époque classique que l’on sépare la littérature en genres (la farce, la comédie, le drame, la tragédie, la nouvelle et le roman). Et l’on différencie lesregistres de langue, au nom de la sacro-sainte règle de la bienséance.
* L’établissement des règles et des contraintes et ce dans tous les genres littéraires :
Pour le théâtre la règle des 3 unités (unité de lieu, de l’action et de temps) éditée par Boileau dans son art poétique : «  Qu’en un lieu, en un jour, un seul fait accompli tienne jusqu’à la fin du théâtre rempli ». La règle de labienséance est également établie au nom de la vraisemblance  La poésie est également codifiée : l’alexandrin devient le « vers par excellence », place qu’il occupera jusqu’au XIXe siècle.
* Une certaine vision de la réalité
Les classiques obéissant à Aristote veulent avant toute chose instruire les lecteurs. Or, pour instruire il faut décrire la vérité. C’est pourquoi le classicisme s’attache àexposer la complexité de la vie psychologique et à analyser sans complaisance le comportement des hommes. Il faut aussi ajouter que ce sont les classiques qui ont crée l’image de l’ « honnête homme » contre laquelle les romantiques s’élèveront.

II- Esthétique
L’esthétique classique s’est élaborée au cours des années (1630-1650). Elle est fondée sur 3 principes essentiels: rationalisme,...
tracking img