Le classicisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4917 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Classicisme
Aller à : Navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Classique.

Le classicisme est un mouvement littéraire qui se développe en France, et plus largement en Europe, dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, de 1660 à 1680. Il se définit par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal s'incarnant dans l’« honnête homme » etqui développent une esthétique fondée sur une recherche de la perfection.

La centralisation monarchique, qui s'affirme dès 1630 sous l'autorité de Richelieu d'abord, puis de Mazarin, dépasse le cadre politique pour toucher le domaine culturel. Doctes et littérateurs regroupés dans diverses académies inventent alors une esthétique fondée sur des principes assez contraignants qui amèneront lacritique moderne à assimiler, de façon souvent réductrice, classicisme et respect des règles qui doivent permettre la production d'œuvres de goût inspirées des modèles de l'art antique marqués par l'équilibre, la mesure et la vraisemblance.

Le classicisme concerne la littérature du XVIIe siècle, en particulier le théâtre mais aussi d'autres arts comme la musique, la peinture ou l'architecture(voir l'architecture classique en France).
Sommaire
[masquer]

1 Origine et définition de la notion
2 Littérature
2.1 Contextes
2.2 Caractéristiques
2.3 Théâtre
2.3.1 Les règles du théâtre classique
2.3.2 Tragédie
2.3.3 Comédie
2.4 Roman
2.5 La poésie en général
2.6 Autres genres
3 Musique4 Peinture
5 Sculpture
6 Architecture
7 Notes et références
8 Voir aussi
8.1 Articles connexes
8.1.1 Architecture
8.1.2 Littérature
8.2 Liens externes
8.3 Bibliographie
8.3.1 Musique
8.3.2 Littérature
8.3.2.1 Textes du XVIIe siècle
8.3.2.2 Contemporains

Origineet définition de la notion[modifier]

La notion de « classicisme » pose quelques problèmes de définition (Le terme apparaît au XIXe siècle). C'est pourquoi il peut être utile de revenir à l'histoire du mot pour en comprendre l'utilisation. Le terme classicus désigne en latin la classe la plus fortunée de la société. Par glissements successifs, le terme a désigné la dernière classe des auteurs,c'est-à-dire les écrivains de référence, ceux qu'on étudie dans les classes1. C'est à partir de ce sens que le mot a été utilisé pour désigner d'une part les auteurs de l'Antiquité dignes d'être imités et d'autre part les auteurs français du XVIIe siècle qui ont développé un art de mesure et de raison en défendant le respect et l'imitation des Anciens. Le terme de classicisme est utilisé pour lapremière fois par Stendhal en 1817 pour désigner les œuvres qui prennent pour modèle l'art antique par opposition aux œuvres romantiques.

Le classicisme renverrait à un moment de grâce de la littérature française où l'esprit français se serait le plus parfaitement illustré. Ce moment correspondrait à la seconde moitié du XVIIe siècle, voire plus précisément encore aux années 1660-1680. Cettevision est défendue par les historiens de la littérature du XIXe siècle2. De ce fait, le classicisme a servi de repoussoir à tous ceux qui défendaient une littérature moins réglée, à commencer par les romantiques. Le terme de classicisme appliqué à une période de la littérature nationale est propre à la littérature française. Les autres littératures européennes réservent ce terme aux premiers auteursclassiques, c'est-à-dire les auteurs de l'Antiquité grecque qui ont servi ensuite de modèle à toute l'Europe3.

Le classicisme à la française ne se définit cependant pas seulement par des critères historiques. Il répond également à des critères formels. Les œuvres classiques reposent sur une volonté d'imitation et de réinvention des œuvres antiques. Elles respectent la raison et sont en quête...
tracking img