Le co2 fait son apparition dans les grandes surfaces

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1622 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le CO2 fait son apparition dans les grandes surfaces
[Les Echos 13/06/08 ]

On connaissait l'étiquette affichée sur les réfrigérateurs indiquant le niveau de consommation énergétique. Depuis peu, acheter une voiture donne lieu à de savants calculs pour savoir si l'on peut bénéficier d'un bonus ou si l'on doit s'acquitter d'un malus en fonction du niveau d'émission de CO2 du véhicule indiquésur la carte grise. Et d'ici à la fin de l'année, une centaine de produits à marques distributeur du groupe Casino seront eux aussi dotés d'une étiquette verte contenant à la fois le niveau de recyclabilité de l'emballage de l'article, mais aussi son contenu CO2.

Déjà, une dizaine de produits - yaourts, céréales, sodas à marque Casino - ont vu leur emballage modifié. Selon les calculs del'entreprise, conseillée par l'agence Bio Intelligence Service, un paquet de quatre yaourts nature en pot de verre a contribué à émettre 310 grammes de CO2 pour 100 grammes de produit qui se répartissent entre 130 grammes pour les étapes agricoles, 7 pour la fabrication, 27 pour le transport et 41 pour l'emballage. Poussant la méthodologie jusqu'au bout, Casino ajoute 104 grammes pour la présence dansle magasin. De quoi se lancer dans de grandes réflexions sur l'acte d'achat : les 41 grammes de la rubrique emballage s'expliquent par le choix du pot de verre. De même, une boîte de conserve affiche un bilan de 225 grammes de CO2, si elle provient de France, et de 305 grammes si elle vient d'Ukraine avec, dans les deux cas, un transport par camion.

Le distributeur, dont les travaux ont étéfinancés à hauteur de 20 % par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), prend l'engagement dans les années qui viennent de réduire l'empreinte des produits concernés et d'en étendre le nombre.
Plusieurs adeptes

En France, deux magasins Leclerc ont eux aussi testé cette démarche, à Wattrelos et Templeuve, dans le Nord. Utilisant une méthodologie un peu différente, ilspermettent au client de lire le bilan carbone de ses courses sur son ticket de caisse.

Les Français ne sont pas les seuls à se lancer dans l'aventure. En avril dernier, le britannique Tesco a annoncé qu'il allait bientôt étiqueter le contenu carbone d'une vingtaine de produits, visant à terme l'ensemble de ce qu'il présente en rayons. En Suisse, le groupe coopératif Migros a adopté unedémarche différente avec son label Climatop qui sert à désigner au consommateur les champions de la sobriété en carbone. Un autre suisse, spécialisé dans la vente d'articles textiles, le groupe Switcher, a lancé début mars une collection spéciale de 14 vestes, pantalons et tee-shirts « neutres en CO2 », ce qui signifie que l'ensemble des émissions a été calculé, que des efforts ont été réalisés pour lesréduire et que le carbone restant a été compensé via des investissements locaux.
JULIE CHAUVEAU
les echos

Les étiquettes écolos arrivent en rayon
Il va falloir s'y habituer : l'impact sur l'environnement, calculé en grammes de gaz carbonique émis lors de la fabrication et du transport, figurera bientôt sur les étiquettes des produits vendus en grande surface, à côté du prix.

QUATREyaourts au lait entier : 305 g de gaz carbonique (CO2). Des lardons de saumon d'élevage : 880 g de CO2. Six oeufs de poule : 644 g de CO2. Les consommateurs vont devoir s'habituer à comparer le « prix écologique » des produits en rayon. A l'instar des constructeurs automobiles, obligés d'indiquer le niveau de gaz carbonique émis par leurs voitures, la grande distribution devra bientôt signaler surl'emballage le niveau de CO2 émis lors de la fabrication et le transport de ses produits.

« Tous les distributeurs s'y mettent », s'est félicité hier le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo. Le premier à s'être lancé est le groupe Casino, qui va généraliser un système d'« étiquetage vert » sur les 3 000 produits alimentaires vendus sous son nom. Deux ans d'études ont été nécessaires pour...
tracking img