Le colonel chabert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (427 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le colonel Chabert

1:Présentation

Laissé pour mort, sous des monceaux de cadavres, sur les champs de bataille de l’Empire, le colonel Chabert, dix ans après, prétend retrouver sa femme et safortune. Avec l’aide de l’avocat Derville, il intente un procès à son épouse, qui refuse de le reconnaître. Par crainte du scandale, la comtesse Ferraud accepte malgré tout une transaction, et demande àson ancien époux de faire le mort pour ne pas troubler son bonheur à elle. L’apparente affection de la comtesse cache mal son égoïsme. Le colonel Chabert, dégoûté de la vie, se retire du monde, etfinit, à l’hospice, dans la misère et la folie.

2:Analyse

Chabert, c’est l’ancien combattant, l’homme de peu devenu colonel grâce à l’Empire, mais que les temps nouveaux de la Restaurationcondamnent à l’oubli, si ce n’est à la mort. C’est aussi le revenant, ressuscité d’entre les morts, qui fait figure de mort vivant. Pareil à un fantôme, il est pris pour un fou, et il le deviendra. Anoblipar l’Empereur, le héros finit pauvre hère : « quelle destinée, conclut Derville. Sorti des Enfants trouvés, il revient mourir à l’hospice de la Vieillesse, après avoir, dans l’intervalle, aidé Napoléonà conquérir l’Égypte et l’Europe. »

            L’ayant cru mort, la femme du colonel Chabert est devenue la comtesse Ferraud, et refuse de restituer son nom et sa fortune au héros. Cette anciennefille des rues a désormais des enfants, une position sociale. Son égoïsme meurtrier fait d’elle le bourreau de Chabert, car elle craint d’être la victime de son nouvel époux, qui pourrait bien larenvoyer à la rue. La société, et non sa nature propre, l’oblige à faire mourir Chabert une seconde fois. Quant à Derville, le double de l’auteur, il est à la fois le témoin de cette histoire etl’auxiliaire de Chabert.
           
Le Colonel Chabert repose sur une structure légendaire de base : c’est, depuis Martin Guerre et Boris Godounov, le mythe de l’Usurpateur et de la légitimité bafouée....
tracking img