Le comique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (971 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
intro:
Aristote associe étroitement la comédie avec le comique. La comédie cherche à faire rire, ou du moins à faire sourire le spectateur.
La définition du mot comique est bien claire : "quiprovoque le rire, et qui appartient à la Comédie".
Ces deux affirmations englobent donc les formes les plus comiques (farce, commedia dell'arte) et les plus fines (vaudevilles, comédie romantique,comédie absurde, comédie grinçante, etc.)
On peut donc penser que le comique, un style théâtrale qui a pour premier but de faire rire et de détendre le spectateur mais cela ne veut pas dire que lespectateur, qui souhaite se divertir ou oublier ses sous, ne peut pas réfléchir pour comprendre le sens caché des répliques.
Nous traiterons premièrement de la principale fonction de la comédie, c'est adire de faire rire et détendre le spectateur. Ensuite nous verrons si la comédie ne sert qu'à faire rire .

devlopment :
I - Pourquoi existerait-il un registre comique si ce n'est pour fairerire?
Si l'on reprend la définition du mot comique : "qui à rapport à la comédie, qui est propre à faire rire", le comique n'est-il fait que pour faire rire? Nous verrons donc de quelle manière lecomique nous fait rire.
Le rire est associé à la surprise. Le rire est un comportement réflexe non contrôlé. Le rire est essentiellement causé par l'humour. Le rire causé par le comique en est aussi sonexpression.
Il existe différents façons de faire rire (comique de situation, de geste, de personne....) qui déclenche un sourire.
Par exemple le comique de situation est mis en scène par uneintrigue imaginée qui met en présence des personnages qui n'auraient pas dû se rencontrer, dans une situation particulièrement ridicule "dans l'Ecole des Femmes, Molière sait, grâce à son habileté etson écriture, amuser le public. Dans la scène 5 de l'acte II, Arnolphe, obsédé par la crainte d'être cocu, interroge Agnès qui vient de s'ouvrir à l'amour; le dramaturge utilise ici le quiproquo, et...
tracking img