Le commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1448 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le travail préliminaire est identique à celui de la lecture analytique, mais le commentaire ne doit pas être organisé linéairement, mais structuré autour de centres d'intérêt, selon des idées directrices. C’est notamment votre capacité à produire un raisonnement construit qui sera évaluée.
A. Le travail préparatoire.
Après avoir lu plusieurs fois le texte, noter vos impressions : ce que vousavez compris, ce que vous pensez du texte. Ces « premières » impressions sont très souvent pertinentes.

1. Dégager la carte d’identité du texte.

_ Le genre (poème, apologue, dialogue etc. ).

_ Le type ou les types de discours : narratif, descriptif, argumentatif, explicatif.

_ Le contexte d’énonciation : (qui s’exprime, à qui s’adresse-t-il ? Dans quelle condition). Et plusgénéralement : Quoi ? Qui ? Où ? Quand ? Pourquoi ? Dans quel But ?

_ Le paratexte et le contexte : l’auteur, la date, l’œuvre, le contexte historique et littéraire.

_ Les thèmes abordés.

_ Le ou les registres dominants : tragique, épique, fantastique, pathétique, comique, lyrique (et puis les nuances polémique, satirique, ironique, laudatif, élégiaque).

_ Et surtout laséquence à laquelle renvoie le texte, en mobilisant les connaissances issues de vos cours.

_ La structure du texte.

Ceci fait, le terrain est déblayé et doit offrir un certain nombre de pistes pour l’étude. On peut à ce stade déjà réfléchir à la problématique et à ce que pourraient être les axes d’études et le plan. La problématique va interroger la particularité du texte, elle sera l’idéegénérale qui va assurer la cohérence de l’ensemble de votre commentaire.

2. Etude précise du texte.
Il s’agit de trouver tous les éléments qui vont venir étayer votre commentaire, les exemples à analyser. Il vous faut les mettre en lien avec les idées déjà dégagées.

– L'énonciation Qui parle ? Et de quelle façon ? Quel est le narrateur ? Sont liées à ces questions les pronomspersonnels qui sont des indices de cette présence narratoriale.

– La valeur des principaux temps.

– La focalisation : externe / interne / zéro.

– La modalisation (subjectivité).

_ Le registre de la langue peut être courant, familier ou vulgaire, soutenu ou littéraire, etc.

– Les champs lexicaux.
Les champs lexicaux s'organisent souvent autour des cinq sens, desquatre éléments et de leurs dérivés (la mer, le ciel, etc.), de l'appréciation et du jugement, etc. Ils peuvent être mélioratifs, péjoratifs…

– La construction et le rythme des phrases, la ponctuation.
(Avec des effets de répétition, d'accumulation, de gradation, d’anaphore. Voir aussi la métrique pour la poésie, les répliques au théâtre…)

– Les figures de style.
Elles sontnombreuses. Il existe des figures d'opposition, d'identité (ou analogie, ou image), des figures d'amplification : atténuation ou exagération, etc.

- Et n'oubliez pas de prendre en compte le travail effectué pour la question préliminaire.

Tout cela va vous servir à préciser vos axes, ou les orienter.
B. Construire un plan.
1. le plan détaillé.
Le plan détaillé va permettre d’organiser laréflexion selon une logique démonstrative destinée à convaincre votre lecteur. C’est là que vous allez élaborer votre stratégie argumentative, c'est-à-dire l’organisation de vos arguments.

Choisissez les grandes parties et leur enchaînement, celles-ci découlent de votre problématique. La stratégie démonstrative impose que l'on termine par le plus important, le plus intéressant. Vous pouvez doncenchaîner les axes d’étude selon un ordre de complexité croissante. Pour bien fixer les esprits et garantir la cohérence de votre travail, résumez en une phrase l’axe d’étude que vous allez présenter et démontrer.

Au brouillon, croisez, rangez les éléments qui conduisent à un même effet. Composez alors les sous-parties qui feront autant de paragraphes. Chaque paragraphe est une explication...
tracking img