Le communautarisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2117 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|LA MENACE |
|DU COMMUNAUTARISME |

avril 2008
|Le communautarisme est si peu dans nos moeurs françaises, que ce terme attendit la fin des années 90 pour |
|apparaître dans le dictionnaire. Il se définit comme unetendance, importée des États-Unis, à mettre " l'accent|
|sur la fonction sociale des organisations communautaires (ethniques, religieuses, sexuelles etc...) " ou comme |
|" une conception faisant prévaloir l'organisation de la société en communautés sur l'exigence d'assimilation |
|des individus selon des règles et un modèle équivalent pour tous ". En clair, le communautarisme c'est ||l'éclatement de la Nation en ensembles cultivant des identités différentes de la majorité, pour revendiquer des|
|droits particuliers satisfaisant leur volonté de marginalisation. Certains États sont conçus selon cette |
|architecture parce que l'Histoire, les circonstances ou la tradition l'imposaient. Nous pensons au Liban, dans |
|une moindre mesure à la Grande-Bretagne et auxÉtats-Unis. S'il est dans ces pays un moindre mal, ses |
|faiblesses et sa dangerosité n'en apparaissent pas moins. Au Liban, cela se passe de commentaires. Aux |
|Etats-Unis, nous en voyons les effets pervers dans l'apparition de quartiers et de sectes à dominante ethnique |
|ou religieuse. Quant à la Grande-Bretagne, au mois de février, le " Royal United Services Institute " déclarait||qu'empêchant la constitution de ghettos musulmans, le pays réduirait sa vulnérabilité aux attaques terroristes.|

|Quand on parle communautarisme, en France, on pense généralement aux musulmans. Il est vrai, ils représentent une |
|population de 6 millions d'individus. Avec raison, le nombre inquiète car sa progression signifierait la remise en |
|question de l'identité française,largement façonnée au cours des siècles par le christianisme. |
|Certains musulmans développent des comportements communautaristes. Parmi les signes les plus visibles, nous pensons|
|au port du voile, à la demande de carré musulman dans les cimetières ou aux exigences présentées en matière de |
|refus de la mixité dans les lieux d'enseignement ou dans les piscines.|
|Ce communautarisme passe par la religion or, aujourd'hui, 49% des musulmans ne vont jamais à la mosquée (1), |
|seulement 10 à 15% pratiquent régulièrement leurs rites. Encore, sur ces derniers, tous ne participent pas à une |
|démarche communautariste. |
|Tous lesans, l'UOIF (Union des Organisations islamiques de France) organise un colloque au Bourget. Sous le nom |
|d'UOIF se cache l'enseigne des Frères musulmans (2) en France. Au Bourget, à chaque manifestation, ils comptent une|
|centaine de milliers de visiteurs sur quatre jours. Le chiffre ne laisse pas indifférent, certes, mais ne |
|représente que 1,5% de la population musulmane deFrance. Encore beaucoup viennent-ils pour visiter les stands |
|commerciaux dressés à des fins purement mercantiles. |
|En outre, l'UOIF, nous semble-t-il utile de rappeler, doit beaucoup de son succès à sa reconnaissance officielle |
|par Nicolas Sarkozy. En 2003, ce dernier, alors ministre de l'Intérieur et des cultes dans legouvernement de |
|Raffarin, crée le CFCM (Conseil français du culte musulman). Cette institution est censée servir de courroie de |
|transmission entre l'autorité politique et les croyants de religion musulmane. Dans le fond, il s'agit |
|d'instrumentaliser le CFCM pour contrôler le culte musulman. Mais, intégrant l'UOIF et la FNMF, autre organisation |
|islamiste, au...
tracking img