Le communisme et son expansion mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4474 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
le point sur

Contexte pétrolier 2009 et tendances
Panique, espérance et confiance (encore fragile) reflètent les sentiments qui ont accompagné l’année 2009. Dans un contexte nouveau de relative abondance de l’offre et de demande déprimée, le prix du pétrole a bien résisté pour s’établir en moyenne à 60 $/b et terminer l’année autour des 70/80 $/b. Coûts de production, vision de tensionspotentielles à venir peuvent justifier ce prix d’équilibre. À terme, la reprise espérée pour 2010 et surtout 2011 fait en effet craindre de nouvelles tensions sur le prix. Une offre potentiellement contrainte, face à une demande en progression, alimente ce scénario. Les marchés seraient-ils “raisonnables” intégrant les fondamentaux de moyen terme dans les cotations ? Une crise d’ampleur exceptionnelleAprès le miniséisme boursier de l’été 2007, le tsunami financier s’est déclenché en septembre 2008 avec la faillite emblématique de Lehman Brothers le 15 du même mois. Les “secours d’urgence” ont été mis en place dès novembre, consolidés par un “G20” décisif début avril 2009, marquant le retour de la confiance avec l’annonce d’un montant de 5 000 milliards de dollars injectés dans l’économie. Cechoc financier sans précédent a mis brutalement un terme à quatre ans de croissance mondiale exceptionnelle de 2004 à 2007 à près de 5 %, largement due aux pays émergents (+ 8 %). 2008 révélait les premiers effets de la crise avec une croissance de seulement 0,6 % pour l’OCDE contre des évolutions passées proches des 3 %. En 2009, l’économie mondiale chutait lourdement, marquée par une récessiondans les pays OCDE et une croissance molle pour les autres (figure 1). Le secteur pétrolier ne pouvait échapper aux conséquences de cette crise qui a impacté la demande, la production, les prix, les investissements et les résultats des sociétés. Au-delà de cette crise, la vision à terme reste encore dominée par l’idée d’une tension possible dans un monde en transition, marqué par la montée enpuissance des pays émergents.
Fig. 1 - Croissance économique mondiale par zone 10 Non OCDE 8 6 Croissance (%) 4 2 0 -2 -4
Source : IFP, base FMI 1995/2003 2008 2010 2004/2007 2009

OCDE

Monde

détour par les marchés boursiers. À partir de septembre 2008, les réactions des marchés ont été relativement proches pour des raisons assez légitimes (figure 2). L’optimisme graduellement retrouvé a eneffet largement porté les deux marchés. Ce n’était pas le cas par le passé, en particulier en 2007 alors que les premières inquiétudes économiques orientaient le Dow Jones à la baisse, baisse qui s’est prolongée jusqu’en mars 2009. Le pétrole de son côté poursuivait son irrésistible ascension initiée en 2004, pour atteindre des sommets à l’été 2008. Le lien à partir de novembre s’explique par lacrise financière, les investisseurs se détournant massivement de la bourse et des matières premières pour retrouver

Crise et prix du pétrole
Pour tenter de comprendre l’évolution des prix du pétrole au cours de l’année 2009, il est indispensable de faire un

le point sur

Contexte pétrolier 2009 et tendances
Fig. 2 - Cours du Dow Jones et du WTI 160 140 120 100 80 60 40 20 0
Janv. 07 Mai07 Sept. 07 Janv. 08 Mai 08 Sept. 08 Janv. 09 Mai 09 Sept. 09 Source : IFP

Fig. 3 - Positions de couverture et spéculatives sur le WTI au Nymex (2004/2009) 16 000 WTI $/b Dow Jones WTI €/b 14 000 12 000 10 000 800 000 8 000 6 000 4 000 2 000 0 600 000 400 000 200 000 0 07/01/04 07/01/05 07/07/05 07/07/06 07/07/07 07/01/08 07/01/09 07/07/04 07/01/06 07/01/07 07/07/08 07/07/09 – 200 000 1 600 000Contrats

1 400 000 1 200 000 1 000 000

Non commerciaux (Long-Short)1 Commerciaux (Long-Short) Non commerciaux (Spread)

(1) Long-Short : positions acheteurs/vendeurs, Spread : autres que les couvertures Source : IFP, base CFTC

des liquidités dans un moment de panique. Ces mouvements financiers faisaient tomber le pétrole autour des 40 $/b, de décembre à la mi-mars. Le G20 du 2 avril...
tracking img