Le complexe d'oedipe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1436 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Freud l’a montré : nous sommes élevés dans un chaudron pulsionnel. Si nul n’échappe à la crise œdipienne, reste la possibilité de la traverser afin d’apprendre à dire « je ».

La famille, longtemps considérée comme une institution respectable, apparaît après Freud comme un foyer d’infections, berceau de toute névrose.

Le complexe d’Oedipe montre que la famille n’est pas le lieu d’unbonheur tranquille mais le terrain d’une lutte fondatrice.

1. Le mythe d‘Oedipe chez Sophocle

Dans la tragédie de Sophocle, Œdipe-roi, les parents interrogent l’oracle pour connaître l’avenir sur leur nourrisson. Quand la Pythie leur répond que l’enfant va grandir, tuer son père et aimer sa mère, ils la croient. Ils chargent un serviteur de tuer leur fils. Ce serviteur prend pitié dunourrisson. Il le confie à un berger qui l’emmène de Thèbes à Corinthe, où il sera élevé comme le fils du roi. Doutant des années plus tard de sa légitimité, Œdipe va à son tour consulter l’oracle qui réitère la prédiction. Pour protéger ceux qu’il croit être ses parents, Oedipe s’enfuit de Corinthe, et comme par hasard, croise en route son vrai père, Laërte (identité qu’il ignore), avec lequeléclate une violente dispute au cours de laquelle Œdipe va le tuer.

Œdipe arrive ensuite à Thèbes, qui était sous la coupe d'un monstre sanguinaire appelé la Sphinge, lion à tête de femme. La créature bloquait les routes menant à la ville, tuant et dévorant les voyageurs qui ne pouvaient résoudre l'énigme fameuse qu'elle leur proposait : " Quel est l'animal qui le matin marche sur quatre pieds, àmidi sur deux et le soir sur trois ?". Œdipe répond sans hésiter que c'est l'homme, qui au matin de sa vie marche à quatre pattes, va sur ses deux jambes à l'âge adulte et s'aide d'une canne pour soutenir sa vieillesse. La Sphinge vexée se suicide. Œdipe s'attira les faveurs de la ville pour avoir libéré Thèbes de la Sphinge. En remerciement, les Thébains le firent roi et lui donnèrent comme épousela veuve de Laïos, Jocaste. Pendant de nombreuses années, le couple vécut heureux, ne sachant pas qu'ils étaient en réalité mère et fils.

Les années passent, des enfants naissent du couple incestueux, deux garçons (Etéocle et Polynice) et deux filles (Antigone et Ismène). Les dieux, qui ont longtemps favorisé le règne d'Œdipe, s'apercevront soudain, dans un spectaculaire accès de mauvaise foi,que ce roi est un meurtrier.

2. La crise Œdipienne ou « névrose infantile »

La crise œdipienne que traverse chaque enfant entre trois et six ans reste plus ou moins vivace tout au long de l’existence.

Chez la fille comme chez le garçon cette crise se déroule en plusieurs étapes. Nous étudierons, ici, uniquement le cas de l’Œdipe masculin dans la mesure où nous nousintéressons plus particulièrement à la relation mère/fils illustrée dans le livre.

Le petit garçon est attiré par sa mère ; il éprouve une jalousie pour son père dont il voudrait prendre la place. A la fois il aime son père, à la fois il souhaiterait s’en débarrasser pour prendre sa place auprès de sa mère ; mais les parents sont là pour lui rappeler qu’il ne peut pas être tout à la fois c’est-à-dire lefils de ses parents et le mari de sa mère. L’enfant comprend alors peu à peu qu’il n’est pas tout puissant, qu’il n’a pas le droit de tout faire, qu’il y a des choses interdites, (tabou de l’inceste, tabou du meurtre). L’enfant comprend qu’il deviendra grand plus tard et que le moment viendra pour lui d’aimer une femme, la sienne. Ce conflit d’ambivalence : agressivité contre un père qu’il aime etdont il a besoin, éveille à son tour une angoisse de castration par une peur des représailles (« mon père va m’empêcher de devenir un homme »). Cette angoisse entraîne le refoulement de cette jalousie qu’on appelle le « mouvement œdipien », au bénéfice de nouveaux développements psychiques. En effet à partir de l’entrée en CP, l’enfant découvrant son corps et la sexualité, laisse le champ...
tracking img