Le concept d'anarchisme dans "mort accidentelle d'un anarchiste" de dario fo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2824 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dario Fo, Mort accidentelle d’un anarchiste


Dario Fo est un écrivain italien, acteur, metteur en scène, dramaturge (pour ainsi dire un homme de théâtre complet) né en 1926 à Sangiano, en Lombardie. Il est surtout connu pour avoir eu le prix Nobel de littérature en 1997 pour l’ensemble de sa carrière, et pour avoir été un des dramaturges italiens les plus représentés dans le monde(avec Goldoni). Il a aussi eu un Molière en 200 avec Mort accidentelle d’un anarchiste (morte accidentale di un anarchico). Il est aussi connu pour ses engagements politiques plutôt à gauche.
Il étudia l’architecture à l’Accademia di Belle Arti di Brera de Milan (diplômé en 1950). Il étudia aussi la mise en scène. Il s’intéressa très tôt au théâtre populaire, son grand père étant un grand“fabulatore”.
Il commença à travailler à la radio dans les émissions Sette Giorni a Milano et Rosso e Nero, où il écrivit à partir de 1952 ses premiers monologues. Il s’illustre ensuite comme commédien dans des pièce de théâtre.
Il rencontre Franca Rame et l’épouse en 1954 à Milan. Avec elle, il fonde une compagnie téâtrale. L’œuvre qui le pousse sur le devant de la scène international est èGli arcangeli non giocano a flipper en 1959.
C’est le premier à apporter le théâtre dans des lieux populaires (usines, maisons du peuple etc.), ainsi les gens qui n’avaient pas forcément fait d’études pouvaient assister à des représentations. D’ailleurs les spectateurs venaient souvent pour la première fois pour voir une de ses pièces.
A partir de 1968, il y eu de plus en plus despectateurs et des débats se tenaient après chaque représentation. Les thèmes de ces débats étaient plus politiques et provocateurs.
En 1969, il compose Mystère bouffe (Mistero buffo), où il est seul sur scène et récite des textes en grammelot (langue du moyen-âge qu’utilisait la commedia dell’arte).
En 1970 il rompt avec le parti communiste et écrit Mort accidentelle d’un anarchiste, pièceinspirée d’une histoire vraie, celle de la mort de Giuseppe Pinelli, dont la garde à vue à la préfecture de police de Milan s’est finie par sa défénestration.
En 1974 il écrit non si paga, non si paga! (Faut pas payer !), satire du monde industriel e de la société de consommation.
Il est actuellement conseiller municipal à Milan, s’étant présenté aux élections municipales de 2006. Il aaussi été nommé « dottor honoris causa » à l’université La Sapienza de Rome, tout comme, avant lui Pirandello et De Filippo.



L’œuvre Mort accidentelle d’un anarchiste a été écrite en 1970 et a été représentée la même année à Varese par Dario Fo et sa troupe, “la commune”. Il s’agit d’une farce en deux actes : seul le premier est composé de scènes, et elles sont aux nombres de deux.Dans la première scène du premier acte, l’auteur installe la trame et présente les personnages.
L’histoire se déroule dans un bureau de la préfecture de police de Milan. Le commissaire Bertozzo a arrêté un homme qui se trouve être fou, malade ”d’histromanie”, c’est-à-dire le besoin de se faire passer pour des personnages, comme s’il jouait un rôle, récitait des répliques. A la fin de la scèneBertozzo relâche le fou, qui se retrouve seul dans le bureau. Il se fait passer pour le commissaire Anghiari au téléphone et prend possession de documents importants sur le décès d’un anarchiste, mort ici-même, documents que le commissaire Pisani (appelé le commissaire sportif) lui a demandé d’apporter au quatrième étage. L’anarchiste est tombé de la fenêtre pendant un interrogatoire dans descirconstances assez obscures. Le fou a donc l’intention de se faire passer pour un juge pour éclaircir la mort de l’anarchiste.
Dans la deuxième scène, l’auteur commence à entrer dans le vif du sujet : entre en scène le commissaire sportif et le préfet. L’histoire se passe au quatrième étage, toujours dans la préfecture de police, dans le bureau d’où l’anarchiste est tombé. Le fou fait...
tracking img