Le conte du graal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2005 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Perceval ou le Conte du Graal, de Chrétien de Troyes.
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Perceval_ou_le_Conte_du_Graal)

INTRODUCTION : C’est le dernier des cinq romans arthuriens de Chrétien de Troyes (Erec et Enide, Cligès ou la Fausse morte, Lancelot ou le Chevalier à la charrette et Yvain ou le chevalier au lion). Comme Lancelot ou le Chevalier à la charrette, il n’a pas été achevé par Chrétiende Troyes, mais pas d’autres auteurs. Les différentes continuations n’ont cependant pas été, elles, vues ni validées par Chrétien de Troyes. Nous n’avons donc pas de certitude sur les orientations de l’auteur.
Il s’agit d’un roman de chevalerie qui s’inspire de la matière de Bretagne où la cour arthurienne est présente en toile de fond. On y voit le roi Arthur comme modèle de courtoisie et debonté, mais impuissant face aux personnes malveillantes.
Dans ce roman, le personnage principal est Perceval, un jeune chevalier de la Table Ronde qui tentera de s’affirmer au fil de ses aventures. L’œuvre a une inspiration chrétienne et mystique plus marquée que les autres romans. C’est également un roman d’apprentissage : Perceval n’a aucune connaissance de la chevalerie car il a été élevé parsa mère, loin de la cour arthurienne et des principes chevaleresques après la mort de son père et de ses frères. Cependant, Perceval est irrésistiblement attiré par le monde de la chevalerie et il veut rejoindre à tout prix la cour du roi Arthur pour y être adoubé. Après cet adoubement débute une éducation sentimentale avec son amie, Blanchefleur), une éducation chevaleresque à travers de nombreuxexploits et les conseils du chevalier Gornemant qui lui sert de mentor et lui apprend les bases de la chevalerie et, enfin, une éducation, une quête religieuse qui va prendre le pas sur le reste.
Notre passage se situe au commencement de cette éducation. Perceval séjourne au château de Corbenic, château du Roi Pêcheur (ou le Roi Méhaignié, dernier roi d’une lignée chargée de veiller sur leSaint Graal). Perceval ne comprend pas ce qui se déroule sous ses yeux et échoue, une première fois, dans sa quête car il n’est pas encore prêt.
Au long du roman, Perceval est mise constamment en parallèle avec Gauvain. Il supplante Gauvain par sa capacité à apprendre vite. Gauvain est donc présenté comme un contre-modèle de Perceval : Perceval voit au-delà de la gloire mondaine et peut doncpoursuivre une initiation mystique.
Notre passage débute par une conversation entre un hôte (le roi Méhaignié) et son invité (Perceval) interrompue par une procession. Perceval est fasciné par ce cortège et il va commettre alors une erreur : il ne pose pas de question sur la procession. Ainsi, il ne sauve pas le roi Méhaignié, mais surtout, il ne comprend pas l’importance du Graal et il n’apprend rien.Les différents mouvements du texte sont donnés par l’ordre dans lequel se déroule la procession : l’arrivée de deux valets portant des chandeliers, le reste du cortège qui suit, la jeune fille qui porte le graal, puis un nouveau silence de Perceval et un commentaire du narrateur qui sous-entend que Perceval a mal agi. Le plan de notre commentaire sera donc linéaire.

I – DU VERS 3190 AU VERS3212 : LA LANCE QUI SAIGNE.

Perceval ignore, dans un premier temps, qu’il s’agit d’un cortège. Comme nous l’indique le vers 3202, Perceval assiste à une « mervoille » (merveille) qui ne suscite pourtant aucune réaction de la part des autres spectateurs. Par exemple, ceux qui sont sur le lit ne se dérange pas. On peut, dès lors, supposer que c’est un rituel ordinaire, quotidien. Au milieu desinitiés, Perceval est le seul à ne pas comprendre ce qu’il se passe.
La lance qui saigne mêle la mythologie celtique et la tradition mystique, chrétienne. Dans la tradition celtique, la couleur blanche de la lance renvoie toujours à l’autre monde. De la même manière, dans la Bible, le Christ est percé par une lance. Les deux traditions se mêlent et le narrateur se refuse, dans un premier temps...
tracking img