Le continet africain a perdu le nord

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2254 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le continent africain (Le Sud) A Perdu le Nord

Ma contribution à la question de la

« culture comme base du Développement durable pour Afrique»

Par :

Boniface SAGBOHAN
Entrepreneur culturel -Promoteur du Magazine Panafricain de Culture ASSAN - Secrétaire Général de la Coalition Béninoise pour la Diversité Culturelle (CBDiC)

Cotonou, le 12 juin 2008

Introduction

Parcequ’elle concerne l’Homme, sa Nature, sa Croissance, son Etre dans la double dimension matérielle et spirituelle, la question du Développement est la plus grave, la plus large aussi, que l’esprit humain puisse aborder. En l’occurrence, allons droit au but : Le Développement est-il envisageable, qui ne prenne racine dans la culture ? Ou encore Le « produit Développement » peut-il être importé ? Il s’agitici, l’occasion nous en est donnée, de balayer d’un regard (d’une plume !), à la fois l’état et l’étape actuels de notre « Développement » en rapport avec la culture, d’y relever les efforts faits et les hypocrisies orchestrées, puis de réitérer, une énième fois peut-être, que la route est encore longue, le chantier ouvert, mais hélas ! « les ouvriers peu nombreux ».

I – Culture et Développement: Problème devenu récurrent
Au XXIème siècle commençant, plus aucun chercheur, aucun homme politique, aucun dirigeant, à moins d’être proprement inculte, ne peut ignorer la relation de cause à effet existant entre la Culture et le Développement. Ce lien est d’autant plus fort que toute politique de développement qui oublie de prendre en compte les aspirations profondes des Hommes et des peuplesdont elle prétend faire le bonheur est forcément démagogique, donc inefficace. L’une des récentes démonstrations de ce phénomène, a été faite par l’absurde, par le grand « projet de salut pour l’Afrique » : le NEPAD. Sous la houlette d’hommes politiques pourtant très cultivés et très avertis (Abdoulaye WADE et Thabo MBEKI), en concertation avec leurs pairs de la sous région, le document depolitique générale du NEPAD, résumé en « Les Dix Priorités du NEPAD » ne fait aucune allusion à la culture c’est-àdire au rapport intrinsèque qu’entretiendraient les populations concernées avec les divers aspects du projet. On connaît aujourd’hui la finalité de ce projet. Vérité de polichinelle, la relation Culture – Développement a été mille fois vue et revue, montrée et démontrée, exposée et vulgarisée.Déjà dans les
2

années 50, l’UNESCO a clamé solennellement que ce rapport était (il l’est toujours) la "stratégie-clé" pour construire la Paix et le Développement pour les peuples. C’est pourquoi elle a fait réaliser une importante étude sur les cultures du monde et leur mutuelle et nécessaire relation : « Unité et Diversité des Cultures » (1950). Mieux, à la fin des années 1960, la mêmeinstitution a pu initier au plan mondial, un processus de réflexion sur les moyens d’intégration des données culturelles dans les plans de développement. La série de « conférences intergouvernementales sur les aspects administratifs et financiers des politiques culturelles » organisée à cet effet, ont toutes affirmé haut et fort la nécessité absolue de la prise en compte de l’Homme, de sonenvironnement et de sa culture dans l’élaboration des politiques de développement. La raison la plus élaborée pour en apporter la démonstration nous semble venir de René MAHEU alors Directeur Général de l’UNESCO. Il déclarait donc : « L’homme est l’agent et la fin du Développement : il n’est pas l’abstraction unidimensionnelle de l’homo economimus, c’est l’être concret de la personne, dans la pluralitéindéfinie de ses besoins, de ses possibilités et de ses aspirations » et de conclure : « Le centre de gravité de la notion de Développement s’est ainsi déplacé de l’économique vers le social et nous en sommes arrivés au point où cette évolution débouche sur le Culturel ». Nous étions en 1970 à Vénise et depuis lors, toutes les parties du monde ont eu leur conférence intergouvernementale ; toutes,...
tracking img