Le contrat social de rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (264 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean Jacques Rousseau : Du contrat social, Chapitre III Du droit du plus fort
I. Pourquoi le droit du plus fort ne peut être une base del'organisation légitime du corps politique ?
II. Rousseau montre l'incohérence qui résulterait de l'existence du droit du plus fort
I) La supériorité dela force ne peut créer aucun pouvoir durable et légitime
II) Le raisonnement par l'absurde

L'enjeu du passage est de montrer que le prétendudroit du plus fort n'est pas un droit puisqu'il est fondé sur la force. C'est donc à partir d'une distinction entre le droit et la force, entre cequi relève du droit et ce qui relève des faits que Rousseau construit son raisonnement
La force, pour s'inscrire dans la durée, doit adopter laforme du droit

A. Pourquoi le plus fort transforme-t il sa force en droit ?
B. Un "droit du plus faible"
C. Un droit établi et respecté malgréson illégitimité

II) La force n'est ni un droit, ni un devoir

A. Deux notions contraires : le droit et la force
B. Une force transformée endroit : l'exemple des dictateurs et monarques absolus
C. Être "le plus fort"

III) Un cercle vicieux : force et droit sont indispensables l'un àl'autre pour survivre, mais le droit n'ajoute rien à la force, et celle-ci reste injustifiable

A. Un cercle vicieux
B. Justice et forceinséparables: la thèse de Rousseau et celle de Pascal
C. "Puissance" et "maladie" : une virulente critique de la monarchie absolue de droit divin
tracking img