Le controle de constitutionnallite

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3940 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« La notion de constitution et le Conseil constitutionnel »

L’affirmation d’une constitution qui serait le sommet d’une pyramide, où toutes les normes inférieures se référeraient expressément à la norme lui étant supérieure, n’aurait aucun sens si aucune institution ne garantissait la conformité de ces normes par rapport à la constitution.
La France, qui bien qu’étant un des premiers pays àse doter d’une constitution écrite, a ignoré pendant plus d’un siècle, puis admis d’une manière longtemps limitée, le contrôle de constitutionnalité des lois. Cette réticence s’explique aussi bien par les défiances existant à l’égard des parlements, tribunaux de l’ancien régime, qui avaient tendance à s’opposer aux réformes entreprises par le pouvoir royal, si bien qu’une loi des 16-24 août 1790,toujours en vigueur à l’heure actuelle, est venue interdire aux tribunaux de prendre part au travail législatif sous quelle que forme que ce soit, à peine de forfaiture. Mais également par la conception Rousseauiste de l’époque révolutionnaire voulant que la loi soit la volonté de la nation souveraine incarnée dans ses représentants élus, et quel ne pouvait souffrir de restriction, tout enreconnaissant cependant la supériorité de la constitution, mais sans en assurer un contrôle de conformité. Il à fallu attendre la Quatrième République, exception faite des différents empires et consulats, pour voir apparaître un organe de contrôle, appelé Comité constitutionnel, qui malheureusement n’étant pas un véritable organe de contrôle, mais plus un organe de conciliation entre les deux chambres,sombra en même temps que la Quatrième République. Dès lors, à l’exemple des Etats-Unis, les constituants se rendent compte de la nécessité de mettre en place un contrôle qui serait effectif, et ce contrairement au refus du Général de Gaulle d’un tel contrôle. C’est pour cela que le 4 octobre 1958, dans la constitution de la Cinquième république, fut prévu pour la première fois un véritablecontrôle de conformité de la loi par rapport à la constitution, exercé par un organe spécifique : le Conseil constitutionnel. Mais celui-ci aura des débuts très discrets, du fait d’objectifs très modeste de la part du constituant, avant de voir une montée en puissance dans les années 1970
En effet, le contrôle de constitutionnalité en France, prend un rôle croissant durant la Cinquième République, quipeut s’analyser sous une double perspective : Quant au fond, c’est la question de l’évolution de la notion de constitution ; et quant à la forme, c’est la question de l’évolution du Conseil constitutionnel.

I. Une Question de fond : l’évolution de la notion de constitution

Cette question est d’une grande importance car c’est à partir de celle-ci que la montée en puissance du conseil se fera.Une date majeure est à l’origine de l’évolution de la notion de constitution, celle du 16 juillet 1971. C’est pour cela que nous nous intéresserons d’une part sur la décision elle-même(A.), avant de voir quelles conséquences elle a pu avoir ou la signification constitutionnelle(B.).

A. La décision du 16 juillet 1971 sur la liberté d’association

Saisi par le président du Sénat d’un texte deloi modifiant dans un sens restrictif la liberté d’association telle que résultant de la loi du 1er juillet 1901 le conseil rend une décision « fondatrice », parfois comparée à l’arrêt de la Cour suprême américaine Marbury v. Madison (1803). Intervenue après le départ et même le décès du général de Gaulle, cette décision a eu – et conserve – un grand retentissement politique et juridique pour aumoins trois raisons.

1. L’affirmation du rôle du Conseil constitutionnel

Votée par la seule Assemblée nationale, sur demande du gouvernement afin de surmonter l’annulation par le tribunal administratif de Paris du refus préfectoral de délivrer un récépissé de déclaration d’une association « post-soixante-huitarde » de la loi de 1901, la loi déférée au Conseil par le président du Sénat...
tracking img