Le corpus de texte : de l'homme (les caractères) de jean de la bruyère, choses vues de victor hugo & grasse matinée (paroles) de jacques prévert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (493 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Les trois textes du corpus, le portrait de Gnathon par La Bruyère, l'extrait de Choses vues de V. Hugo et « La grasse matinée » de Prévert ont en commun de vouloir dénoncer l'égoïsme etl'indifférence à la situation d'autrui. Tous trois cherchent à susciter l'indignation du lecteur. La Bruyère décrit un personnage totalement égocentrique qui méprise autrui et ne pense qu'à son propre intérêt. V.Hugo rapporte une anecdote dans laquelle un homme misérable, arrêté pour avoir volé du pain, observe une riche duchesse qui, elle, ne le remarque même pas. Enfin, Prévert raconte l'histoire d'un hommequi n'a pas mangé depuis trois jours, sans rencontrer la compassion de quiconque, et qui finit par tuer un homme pour lui voler quelques pièces et se nourrir. Les trois textes ont donc une portéerelativement polémique dans leur dénonciation de situations injustes. En outre, dans les trois cas, les individus présentés ont une dimension allégorique. En effet, Gnathon reste relativement indéterminé,de même que « l'homme » présenté dans le texte de Prévert. Hugo remarque même explicitement que « cet homme n'était plus pour [lui] un homme, c'était le spectre de la misère, c'était l'apparition […]d'une révolution », l'homme devient alors le symbole de tout un peuple oppressé par une noblesse indifférente. Cependant, ces textes présentent des différences au niveau générique. En effet, le textede La Bruyère est un portrait, alors que celui de Hugo s'apparente au journal intime et que l'auteur présente son récit comme une anecdote authentique qu'il vient de vivre : « Hier, 22 février,j'allais à la Chambre des Pairs. » Il se met donc directement en scène dans son récit dans une démarche quasiment autobiographique, comme le soulignent l'usage du pronom personnel « je » et la précision ducadre spatio-temporel. Enfin, le texte de Prévert est un poème en vers libres, qui, à la différence du portrait, présente un récit : la faim de l'homme aboutit finalement à un crime présenté comme...
tracking img