le couloir d'aristote

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2160 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mars 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
es 6 et 7 septembre 1914, sur ordre du général Galliéni, environ 600 taxis parisiens furent réquisitionnés pour servir de moyen de transport aux fantassins de la 7e division d'infanterie (4000 soldats) afin de les emmener sur le front de la Marne.
On pensa aux taxis car la ligne de chemin de fer était certainement endommagée par les Allemands.

Les véhicules étaient en majorité des Renaultroulant à une vitesse moyenne de 25 km/h !
Malgré la vitesse qui nous paraît ridicule aujourd'hui, ce mode de transport permit de gagner du temps.
Il fut aussi très cher car les taxis furent payés à leur tarif habituel.

cette manœuvre inédite dans son ampleur eut une réelle portée psychologique sur les soldats français ainsi que sur le commandement allemand mais ne permit pas à elle seule(malgré une idée reçue) de remporter la bataille de la Marne.
es 6 et 7 septembre 1914, sur ordre du général Galliéni, environ 600 taxis parisiens furent réquisitionnés pour servir de moyen de transport aux fantassins de la 7e division d'infanterie (4000 soldats) afin de les emmener sur le front de la Marne.
On pensa aux taxis car la ligne de chemin de fer était certainement endommagée par lesAllemands.

Les véhicules étaient en majorité des Renault roulant à une vitesse moyenne de 25 km/h !
Malgré la vitesse qui nous paraît ridicule aujourd'hui, ce mode de transport permit de gagner du temps.
Il fut aussi très cher car les taxis furent payés à leur tarif habituel.

cette manœuvre inédite dans son ampleur eut une réelle portée psychologique sur les soldats français ainsi que sur lecommandement allemand mais ne permit pas à elle seule (malgré une idée reçue) de remporter la bataille de la Marne.
es 6 et 7 septembre 1914, sur ordre du général Galliéni, environ 600 taxis parisiens furent réquisitionnés pour servir de moyen de transport aux fantassins de la 7e division d'infanterie (4000 soldats) afin de les emmener sur le front de la Marne.
On pensa aux taxis car la lignede chemin de fer était certainement endommagée par les Allemands.

Les véhicules étaient en majorité des Renault roulant à une vitesse moyenne de 25 km/h !
Malgré la vitesse qui nous paraît ridicule aujourd'hui, ce mode de transport permit de gagner du temps.
Il fut aussi très cher car les taxis furent payés à leur tarif habituel.

cette manœuvre inédite dans son ampleur eut une réelleportée psychologique sur les soldats français ainsi que sur le commandement allemand mais ne permit pas à elle seule (malgré une idée reçue) de remporter la bataille de la Marne.
es 6 et 7 septembre 1914, sur ordre du général Galliéni, environ 600 taxis parisiens furent réquisitionnés pour servir de moyen de transport aux fantassins de la 7e division d'infanterie (4000 soldats) afin de les emmener surle front de la Marne.
On pensa aux taxis car la ligne de chemin de fer était certainement endommagée par les Allemands.

Les véhicules étaient en majorité des Renault roulant à une vitesse moyenne de 25 km/h !
Malgré la vitesse qui nous paraît ridicule aujourd'hui, ce mode de transport permit de gagner du temps.
Il fut aussi très cher car les taxis furent payés à leur tarif habituel.cette manœuvre inédite dans son ampleur eut une réelle portée psychologique sur les soldats français ainsi que sur le commandement allemand mais ne permit pas à elle seule (malgré une idée reçue) de remporter la bataille de la Marne.
es 6 et 7 septembre 1914, sur ordre du général Galliéni, environ 600 taxis parisiens furent réquisitionnés pour servir de moyen de transport aux fantassins de la 7edivision d'infanterie (4000 soldats) afin de les emmener sur le front de la Marne.
On pensa aux taxis car la ligne de chemin de fer était certainement endommagée par les Allemands.

Les véhicules étaient en majorité des Renault roulant à une vitesse moyenne de 25 km/h !
Malgré la vitesse qui nous paraît ridicule aujourd'hui, ce mode de transport permit de gagner du temps.
Il fut aussi très...