Le courant libertin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (784 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 1 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le courant libertin.
Entre la fin du XVIe et du XVIIIe siècle, des écrivains assurent une transition par leur contestation de l'autorité religieuse et leur indépendance à l'égard de la foi. Le mot «libertin » désigne donc avant tout un esprit de « libre pensée », même si pour quelques écrivains, à la conduite parfois très libre / libérée, on peut lui donner le sens actuel.

Les libertins :Face au durcissement de l'Église envers la Réforme (Contre réforme), et l'humanisme, un courant de libre pensée se maintient malgré les persécutions : Giordano Bruno brûlé vif à Rome en 1600, Vaninisupplicié à Toulouse en 1619. La découverte du Nouveau Monde, les guerres de religion, l'influence de l'épicurisme et du scepticisme de Montaigne, répandent des idées nouvelles venues en premierd'Italie : Vanini, disciple de G. Bruno, viendra à la cour sous la régence de Marie de Médicis.
Le libertin est ainsi celui qui remet en cause les dogmes établis, c’est un libre penseur (ou libertind’esprit) dans la mesure où il est affranchi, en particulier, de la métaphysique et de l’éthique religieuse (exemple : Dom Juan de Molière). Matérialistes, les libertins considèrent que tout dans l’universrelève de la matière, laquelle impose, seule, ses lois. Ils estiment donc que la compréhension du monde relève de la seule raison, reniant, pour beaucoup, la notion de Créateur. Sur le plan politique,ils considèrent que les prêtres participent à la domination des princes sur les peuples, régnant sur eux par la superstition. L'école de Padoue conteste en particulier la notion de miracles etd'oracles, affirmant la seule existence du  déterminisme naturel. Le libertinage prône un relativisme moral, pour lequel la morale chrétienne n'est pas un absolu, mais un mode de règlement des rapportssociaux, de la même façon que le sont les lois..

La Cabale : 1615-1623 :
Un groupe, composé essentiellement de poètes, forme une société secrète, une « cabale » : Meynard, Boisrobert, Tristan,...
tracking img