Le débat piaget-chomsky sur la part de l’inné et de l’acquis dans le développement du langage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7395 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le débat inné-acquis et le développement du langage à l’aube du 21ème siècle Christophe Parisse INSERM, Paris, France Résumé : Plus de 25 ans après le débat Piaget-Chomsky sur la part de l’inné et de l’acquis dans le développement du langage, les arguments des uns et des autres sont-ils toujours d’actualité ou ont-ils été dépassés par l’apparition de nouvelles théories de la cognition ou dulangage ? Cet article décrit, parmi les développements récents en sciences cognitives et en linguistique, trois directions de recherche qui peuvent être considérées comme des alternatives sérieuses aux propositions des théoriciens de la grammaire générative : les théories psycholinguistiques dites « centrées sur les items lexicaux » qui proposent que le développement linguistique aille du particulierau général, théories associées au courant de linguistique cognitive ; les théories qui réfutent l’existence d’une compétence linguistique adulte uniforme, et en particulier du type de celle proposée dans la théorie générativiste ; et enfin les travaux utilisant les réseaux de neurones artificiels comme outil de recherche et mettant en avant les notions d’émergence et de systèmes dynamiques.Abstract : More than 25 years after the Piaget-Chomsky debate about what is innate and what is acquired in the development of language, do the arguments and theories proposed at that time still stand, or have they been overridden by newer proposals? The current paper emphasizes three research directions among the recent advances in cognitive science. These directions offer alternate proposals to thegenerative linguistics theory of language development. First, the “item-based” theories of language development, which stress that development of language knowledge goes from specific to general and are part of the cognitive linguistics theories. Second, theories that reject the idea of a uniform adult linguistic competence, which is a fundamental tenet of generative linguistics theory. Third, thosethat use artificial neural networks to provide evidence for the emergence approach or the dynamic systems approach of language development. INTRODUCTION En octobre 1975 avait lieu le célèbre débat Piaget-Chomsky (voir Piattelli-Palmarini, 1979) sur la part respective de l’inné et de l’acquis dans les théories du langage et de l’apprentissage. Qu’en est-il aujourd’hui de ce débat, en particulierpour ce qui est du thème du développement du langage chez l’enfant ? Les plus de vingt-cinq ans qui se sont écoulés depuis 1975 ont-ils permis d’avancer dans ce domaine et, si oui, de quelle manière ? Il est intéressant de souligner que le clivage entre les partisans et les opposants de la grammaire générative reste très grand aujourd’hui dans le domaine du développement du langage. Par exemple, lescongrès organisés dans ce domaine, comme les ouvrages d’introduction à la discipline, penchent très souvent tout d’un côté ou tout de l’autre. Il faut reconnaître que les bases théoriques du courant générativiste, présentées avec clarté et rigueur par Chomsky (voir Piattelli-Palmarini, 1979; Chomsky, 1980), sont telles qu’il est difficile, d’un point de vue théorique, de faire autrement que de lesaccepter ou de les rejeter en bloc. Rappelons d’abord quels sont les arguments majeurs développés par le courant générativiste, arguments auxquels doit répondre clairement toute théorie concurrente. Deux arguments sont particulièrement fondamentaux : 1. Le langage est structuré (par exemple, une phrase peut être incluse dans une autre, et ce à l’infini) et cette structure n’est pas linéaire,c’est-à-dire qu’elle n’est pas la plus simple structure que l’on puisse imaginer à partir des données

1

de langage (cf. Chomsky, 1979). Par exemple, les modèles de Markov ne peuvent pas représenter cette classe de langage, qui est celle des langages récursifs. 2. Il s’agit de l’argument classiquement appelé « pauvreté de l’input ». Pour que l’enfant détermine quelles sont les structures...