Le désir de rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3974 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 octobre 2008
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire d'un extrait de la noouvelle héloîse de Rousseau de "Tant qu'on est heureux on peut se passer d'être heureux" à " il n'y a rien de beau que ce qui n'est pas"


Ce texte de Rousseau, extrait de Julie ou La Nouvelle Héloïse, aborde le sujet du désir, comment l’homme ressent cette attente, cet espoir d’un bonheur à venir.

Le texte répond aux questions :
Le désir vise-t-ilvraiment à être satisfait ?
Le bonheur ne viendrait-il pas du manque de réalisation de nos désirs ?
Une illusion qui apporte du bonheur vaut elle mieux qu’une réalité décevante ?

Selon Rousseau le désir procure plus de bonheur que la possession. Lorsque l’on désire un objet, notre imagination crée le charme d’une illusion qui procure plus de plaisirs que l’objet de ce désir. C’est pour cela quepour Rousseau le monde de l’illusion vaut mieux que la réalité car nous y trouvons plus de plaisirs.

Ce texte s’organise en plusieurs parties. Rousseau décrit tout d’abord l’effet positif que le désir a sur les hommes. Puis, pour appuyer son propos, il décrit le malheur que procure une absence de désir. Il affirme ensuite que l’homme est fait pour désirer et grâce à Dieu et à l’imagination qu’ilnous a donnée c’est un plaisir alors que la réalisation de notre désir n’est que déception. Pour finir Rousseau préfère un monde d’illusion plaisant plutôt qu’une réalité cruelle.




1ère partie

« Tant qu’on désire on peut se passer d’être heureux. » Phrase tout d’abord surprenante car le but de l’homme étant de rechercher le bonheur on s’interroge sur ce que signifie ce verbe « désirer» qui dépasserait les lois humaines. L’attente d’un bonheur futur permet donc de se passer d’un bonheur présent. Mais nous voyons ensuite que cette attente permet de se passer d’un bonheur présent car elle provoque de l’espoir et le charme de l’illusion. Or ce sont deux sentiments positifs. L’espoir procure un plaisir présent car nous supposons qu’un bonheur est à venir. Nous jouissons donc enavance d’un bonheur hypothétique. L’illusion est un mensonge, une image fausse que nous pouvons nous faire et cette illusion peut charmer car elle est positive. Nous sommes en effet attirés par ce qui est beau et plaisant même si ce n’est pas une réalité.
Ligne 3 : « ainsi » : l’état d’attente se suffit à lui-même grâce à l’espoir et au charme de l’illusion, ces deux sentiments sont si positifs quele bonheur n’est plus nécessaire, nous n’avons besoin de rien d’autre que cela. Or ce dont nous avons besoin comme tous les humains est le bonheur, on peut donc associer ces états au bonheur. Il utilise le mot « jouissance » qui peut être apparenté au bonheur. Cet état est donc plus positif que la réalité. Cette réalité est donc imparfaite car une illusion lui est préférée.
Rousseau considèreque ces sentiments sont si positifs qu’ils peuvent remplacer la réalité. Comme ce sont des sentiments procurés par l’attente d’un bonheur incertain, nous ressentons une inquiétude, nous ne pouvons être persuadés que ces désirs vont être accomplis car ils appartiennent au futur qui est incertain. Cette inquiétude excite notre état et y apporte un enjeu important, nous ne pouvons être certains de lafinalité de notre attente, cela y apporte une jouissance qui remplace la réalité.

Dès le début du second paragraphe il introduit l’idée qu’il développera dans le troisième paragraphe que cette « jouissance » que nous apportent l’espoir et le charme de l’illusion vaut mieux que la réalité elle-même.
Après avoir affirmé que l’état d’attente, lorsque nous sommes dominés par un désir, par unespoir et une illusion est un état qui apporte un bonheur qui permet de remplacer le bonheur que nous procure la réalité, il prend un exemple inverse pour appuyer son argumentation, il montre le malheur que provoque une absence de désir.
Il prend l’exemple d’une personne qui « n’a plus rien à désirer » et affirme que si quelqu’un n’avait plus rien à désirer il perdrait tout ce qu’il possédait. Cet...