Le dadaisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1876 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dada
Dada, dit aussi dadaïsme, est un mouvement intellectuel, littéraire et artistique qui, entre 1916 et 1925, se caractérisa par une remise en cause, à la manière de la table rase, de toutes les conventions et contraintes idéologiques, artistiques et politiques.Malgré la Première Guerre mondiale, Dada connut une rapide propagation internationale. Ce mouvement a mis en avant l'esprit d'enfance,le jeu avec les convenances et les conventions, le rejet de la raison et de la logique, l'extravagance, la dérision et l'humour. Ses artistes se voulaient irrespectueux, extravagants, affichant un mépris total envers les « vieilleries » du passé. Ils recherchaient la plus grande liberté de créativité, pour laquelle ils utilisèrent tous les matériaux et formes disponibles. Ils recherchaientégalement cette liberté dans le langage, qu'ils aimaient lyrique et hétéroclite. Création du dadaïsme Dada est né le 5 février 1916 à Zurich (Suisse) par la grâce des poètes Hugo Ball, Richard Huelsenbeck, Tristan Tzara et des peintres Jean Arp, Marcel Janco, Sophie Taeuber-Arp. Ils investissent une grande taverne, celle de la Spiegelgasse 1 dans le quartier du Niederdorf, la transforment en cafélittéraire et artistique et la rebaptisent « Cabaret Voltaire ». La version la plus courante quant à l'origine du mot est celle du hasard ludique : un dictionnaire ouvert au hasard et un coupe-papier qui tombe sur le mot « dada ». En réaction à l'absurdité et à la tragédie de la Première Guerre mondiale, ils baptisent le mouvement qu'ils viennent de créer en ce nom et aussi en opposition avec tous lesmouvements se finissant en -isme. Dada n'est « ni un dogme, ni une école, mais plutôt une constellation d'individus et de facettes libres », précisait à l'époque Tristan Tzara. Hétéroclite et spontané, Dada s'est aussi imposé comme un mouvement sans véritable chef de file. Tous les dadaïstes étaient présidents.
• Hugo Ball, le fondateur du mouvement déclara, avant guerre, qu'il devait « sauver lepetit cheval de bois ». Ce qui l'incitera à donner ce nom au mouvement. Il note dans son journal à la date du 18 avril 1916 : « Dada signifie « oui, oui » en roumain, « cheval à bascule » et « marotte » en français. Pour les Allemands, c'est un signe de naïveté un peu folle, de lien très étroit entre la joie de la procréation et la préoccupation pour la voiture d'enfant. »[1]
Pour la premièrefois, les femmes sont acceptées comme artistes à part entière, camarades de jeu et complices des manifestations, « traitées comme des collègues » et non plus seulement comme des amantes, des « amatrices douées » ou des « objets de sublimation dans l'art »
Le créateur du mouvement et pour le dadaïsme, ce leader c’était Tristan Tzara. Il était Roumain et était né en 1896. Il avait une influenceprofonde sur les autres dadaïstes de l’époque. Il était contre la guerre et contre l’état de l’Europe dans les premières années du 20e siècle, donc, il est parti à Zurich pour échapper la situation en Roumanie. En Suisse, il a concentré son colère et ses frustrations sur son art, et donc, il a crée le dadaïsme. Plus tard, en 1918, quand il se trouvait déjà a Paris et quand le Dadaïsme s’était dispersé,il a écrit Les Manifeste de Dada.

La guerre était aussi importante pour les dadaïstes que Zurich et Tzara car sans la guerre, il n’y aurait pas eu ‘l’anti-mouvement’ du dadaïsme. Pour les dadaïstes, la guerre représentait tous les problèmes de l’Europe. Jamais n’avait on vu une telle violence et tellement de morts et les dadaïstes avaient un grand besoin d’exprimer leur choc. De la même façon,c’était cette guerre où les dadaïstes ont commencé à questionner les thèmes de l’identité et le nationalisme, parce qu’ils pensaient que ceux-ci étaient la cause de tous de leurs problèmes.

Le quatrième aspect important aux dadaïstes était le Cabaret Voltaire. Là-bas, ils avaient un endroit où ils pouvaient s’exprimer sans la peur ou la persécution. Au Cabaret, les dadaïstes se discutaient...
tracking img