Le desir est propore a l'homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (427 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
xle desir est propore a l'homme

-------------------------------------------------
Haut du formulaire
Veuillez selectionner une image pour le sujet :
LE DESIR (cours de philosophie)Extensions autorisées ".jpg, .png, .gif"
Taille 100 Pixel de large minimum et 1000 Pixel de large maximum
Bas du formulaire

Le désir est le propre de l'homme et la marque de sa finitude : l'animal n'aque des besoins, aisément satisfaits ; un être parfait n'aurait rien à désirer ; l'homme tend toujours vers quelque chose qu'il ressent comme un manque (cf. Pradines: «L'amour est cette force qui nouspousse hors de nous vers nous »). On peut donc rattacher le désir, en un sens large, aux différentes tendances de l'homme que nous définirons en nous inspirant de Platon.
* I. LES TENDANCES DE LANATURE HUMAINE
- A - Les appétits.
L'homme est un animal et en tant que tel il a des besoins dont la satisfaction conditionne son existence même. Ces besoins se traduisent par des désirs que l'onpeut rattacher à une «âme
concupiscible» («épithumia»), située au-dessous du diaphragme, comparable à une bête multiforme et polycéphale, et qui portent l'homme vers les plaisirs du boire, du manger,de l'amour, etc... L'ivrogne, le glouton, le débauché sont les types d'homme qui seraient dominés par cette âme concupiscible, mais ils sont finalement assez rares, car si l'homme ne peut vivre qu'ensatisfaisant ses appétits, il ne vit pas essentiellement pour les satisfaire. Plus communément on rencontre l'homme intéressé, qui cherche la richesse comme moyen de satisfaire ses désirs (à ladifférence de l'avare).
- B - Le cœur.
En réalité, l'homme est un «fier animal», comme aimait à dire Alain, en ce sens qu'il désire toujours se prouver et prouver aux autres qu'il est autre chose qu'unanimal. Il y a en lui un besoin de se dévouer, de se sacrifier à une grande cause, que l'on peut rattacher à ce que Platon nomme le «thumos», source de colère et de courage, qui siège dans le cœur,...
tracking img