Le desir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1110 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Observations :

Devoir de philosophie

Sujet : Le désir peut-il se satisfaire de la réalité ?

Cet effort de réduction d’une tension issue d’un manque appelé désir, pourrait être considéré positivement puisque l’on considère l’objet désiré comme source de plaisir ou de contentement, voire de bonheur mais il pourrait également être considéré négativement puisqu’il pourrait être source desouffrance, d’insatisfaction. Nous pouvons effectivement jouir lorsque désir et réalité se complètent mais la frustration est tout aussi intense lorsque la réalité en est autrement. Alors le désir peut-il se satisfaire de la réalité ? Nous devrions nous pas tout simplement nous contenter de la réalité tel qu’elle et serai-ce dans cette mesure que de renoncer au désir ? Ne pourrions-nous pas vivresimplement avec la notion du désir vu de notre imagination ? Et faut-il toujours associé désirs insatisfaits et souffrances ? N’y aurait-il pas un certain bonheur sous jacent à la simple évocation du désir dans notre esprit bien qu’il soit insatisfait ? Nous étudierons ces pistes de réflexion au cours de la démonstration suivante.


Lorsque l’on désir quelque chose, il va de soi que celui-cireste réalisable dans la mesure du possible. Ainsi, il est parfois difficile d’allier ce que l’on désirera profondément et ce dont nous avons les capacités de faire, de réaliser au moment. C’est lorsque la réflexion débute dans notre esprit qu’intervient notre morale. Celle-ci est chargée de nous aider à faire la part des choses entre notre désir profond pouvait être rapproché a la folie suivantson intensité et ce qu’il serait préférable de faire. Mais la morale nous est souvent « inculquer » en bas âge au même titre que notre éducation et parait donc un peu subjectif puisqu’elle n’émane pas de nous, nos pensées, notre réflexion, etc. Or, ne serais-ce pas de l’approuver que de « l’écouter » ? N’appartiendrait-elle pas donc au domaine du désir bien qu’il soit différenciable du désirhabituel ?
Mais, comment faire de ce « désir moral » un désir ayant le pouvoir quotidien sur nos désirs propres ? Il suffirait a priori d’opposer deux désirs, un premier désir et un second d’intensité croissante. Or, cette procédure semble lassante et n’est pas plus bénéfique puisqu’il s’agit de lutter contre quelque chose que ce passe dans notre esprit dont nous n’avons a aucun moment posséder lescommandes. Ainsi lutter contre ceux-ci serait cause perdu. Les désirs semblent se rapprocher a des forces surhumaines.

La démonstration précédente nous pousserai donc à penser que tout les êtres vivants son doué de désir. Mais nous ne pouvons certainement pas associer le désir de «l’être humains » et le désir des « être vivants » autre que l’homme. De plus l’animal semble lui plus souventdompter son désir et parvenir à ses fins. Ils existent les désirs primaires, dits naturels nécessaire que l’on associe plus généralement a un besoin d’ordre biologique (étant donné que le désir et plutôt d’ordre imaginaire) tel la faim, la soif, le sommeil, la sexualité, de bonheur, etc. Chez les animaux concernant ce désir ou devrions nous dire besoins, il est question d’instinct or jamais iln’en a était question chez l’homme. Donc nous sommes en ce premier point effectivement bien différent. De plus l’homme a le désir perpétuel de se cultiver, d’apprendre, chose que ne peut réaliser un animal. Enfin, l’homme connait le désir caractérisé d’insatisfait de la réalité étant donné que la réalité nous semble vague et intouchable.
Cependant, la manifestation d’un manque est quelque chose quipermet à l’homme de vivre, selon Spinoza «le désir est la véritable essence de l’homme, et est source de valeurs », il est le moteur de l’homme, il le projette, ainsi il serait impensable de rester sur les désirs insatisfait et nous pourrions laisser notre imagination, nous vendre du rêve… Comme Descartes la fait pour faire installer le doute radical afin d’aboutir à une remise en cause...
tracking img