Le devoir de mémoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1073 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le devoir de Mémoire Utopie ou Nécessité ?

Daphnée Principiano

Cette année, après le décès du dernier poilu de la grande guerre, le Président de la République française a invité pour la commémoration du 11 novembre de l’Armistice la chancelière allemande. L’idée était de transformer cette commémoration d’une victoire française en partage d’une souffrance commune aux deux peuples. 81 ansaprès la fin de la première guerre mondiale cet événement pose donc la question de la place de la mémoire collective dans nos sociétés.

Par ailleurs cette mémoire du passé est omniprésente dans le débat national d’autant plus que des communautés diverses se divisent autour d’elles et ont tendance à se l’attribuer exclusivement ; on a même parlé de  « guerre des mémoires » Pour un même événement,les mémoires différent ce qui montre bien la complexité de ce concept.

En fait, la mémoire ne désigne pas seulement la faculté psychologique de nous souvenir des événements passés, au sens philosophique elle est garante de l’identité humaine à travers le temps et la succession des générations. Elle se traduit dans cette hypothèse par le concept de « devoir de mémoire » qui incombe a un Etat enentretenant le souvenir d’événements glorieux ou douloureux de l’histoire du pays, en les partageants collectivement. Ce devoir de mémoire se traduit sous forme de lieux de mémoires, de commémorations, livres et traces matérielles.

Quelle est la place du devoir de mémoire dans nos sociétés contemporaine face à la complexité du passé et de ses interprétations ? Le devoir de mémoire est-iltoujours justifié ou doit-il dans certains cas laissé la place au droit à l’oubli dans un souci de dépassement des conflits et des blessures qui en résultent. ?

Nécessaire à la cohésion sociale, afin d’éviter de tomber dans les erreurs du passé, le devoir de mémoire doit être limité par l’existence d’un droit à l’oubli, le rendant partiellement utopique.

I. Un devoir de mémoire collectif etnécessaire

A. Nécessaire pour la cohésion sociale

• Le devoir de mémoire facilite la cohésion sociale et participe au désir de l’union nationale

• Il rassemble et permet un lien trans-générationnel : ex les témoignages de résistants dans les écoles. Les témoins du passé ont le devoir de transmettre la mémoire et la génération nouvelles doit effectuer un travail de mémoirec'est-à-dire œuvrer pour sa préservation et sa transmission (enregistrement, films, musées, archives).

• La connaissance du passé est un fondement nécessaire à l’acquisition de la nationalité.

• Sa valeur d’exemplarité est une reconnaissance officielle de la souffrance vécue et partagée

• Le devoir de mémoire qui consiste à reconnaitre la réalité de l’etat de victime et depersécution subis par des populations et leur environnement est nécessaire aussi psychologiquement car elle est essentielle à la résilience collective, la reconstruction des individus et des sociétés après les crises et pour que ces crises n’en engendrent pas d’autres.

• Le Devoir de Mémoire rend explicite des symboles .Valeur symbolique des événements de commémoration qui soulignent lesvaleurs reconnus de la société : liberté, fraternité, solidarité, égalité, sens du sacrifice, patriotisme, sens du devoir.

B. Nécessaire pour assumer et éviter la répétition des erreurs du passé

• Dans la tradition du droit public et du droit de la guerre le devoir de mémoire s’oppose au devoir d’amnistie.

• Valeur de prévention : principe de prévention pour éviter deretomber dans les idéologies néfaste «  Si les générations passées cachent leurs erreurs à leur successeurs, ils condamnent ces jeunes à revivre les mêmes erreurs » Paul Ricœur

• Valeur de responsabilisation Camus «  Les hommes sont toujours responsables de leur passé lorsqu’ils l’oublient volontairement ».

• La reconnaissance des erreurs passée préalable nécessaire à une réconciliation...