Le dictateur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1223 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE DICTATEUR
FILM CULTE PAR EXCELLENCE, LE DICTATEUR EST UNE SATIRE PARFAITE DES IDEES D'ADOLF HITLER, PAR CHARLIE CHAPLIN !!
Au cours de la Première Guerre mondiale, un soldat maladroit sauve la vie du valeureux pilote Schultz. Après quelques années passées à l'hôpital, ce soldat devenu amnésique reprend son métier de barbier, dans sa boutique qui a été incluse dans un ghetto juif. AdenoidHynkel, le dictateur de Tomanie qui ressemble beaucoup au barbier, institue une discrimination contre les Juifs. Or le barbier est lui-même juif. Lors d'une rafle, alors que la Tomanie envahit l'Österlich, Hynkel et le barbier sont confondus, ce qui contraint ce dernier à improviser un discours à la radio.
Sauf à la fin, le film présente une suite de gags visuels ou de situations, notamment lorsqueHynkel joue avec un globe terrestre gonflable, ou lorsque son homologue de Bactérie (Benzino Napoloni) et lui rivalisent sur la hauteur de leurs sièges respectifs. Une scène poignante est celle, vue uniquement de dos, où le barbier regarde longuement brûler sa maison. Elle sera citée dans plusieurs ouvrages consacrés au langage visuel dans le cinéma. Ce film est ouvertement inspiré par le régimenazi mis en place par Hitler. Le dictateur incarné par Chaplin est largement inspiré par celui-ci et le personnage de Benzino Napoloni fait penser au premier coup d'œil à deux autres dictateurs, l'Italien Benito Mussolini et le Français Napoléon Bonaparte. Bien que réalisé avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le film laisse entendre la possibilité d'une nouvelle guerre en Europe en mêmetemps qu'il rappelle la brutalité du régime nazi. Lors de ses discours, le dictateur Hynkel s'exprime en anglais mais aussi en une langue peu compréhensible et très agressive qui rappelle le ton sur lequel Hitler prononçait ses discours en allemand, et on reconnaît quelques mots comme Blitzkrieg.
A cause de son thème qui, à l'époque, n'était pas très apprécié, le film fut censuré en Espagne, enAllemagne et en Irlande !

Voici le discours prononcé par Charlie Chaplin à la fin du film, sans aucun doute le plus beau discours jamais filmé au cinéma :
Espoir... Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nousvoudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche, elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié. L’envie aempoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction. Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d’intelligence, nous ne ressentons pas assez et nous pensonsbeaucoup trop. Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité. Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse. Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu. Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain, que dans la fraternité, l’amitié etl’unité de tous les hommes. En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes, d’enfants désespérés, victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne des innocents. Je dis à tous ceux qui m’entendent : Ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’habilité, de l’amertume de ceux qui ont...
tracking img