Le dictionnaire philosophique portatif de voltaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1264 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le dictionnaire philosophique portatif De Voltaire
1 Biographie
Voltaire (1694-1778), est un écrivain et philosophe qui a marqué le XVIIIème siècle, et qui occupe une place particulière dans la mémoire collective française.

2 structure du poème
Il a écrit cette pièce car il sait la guerre inéluctable. On a ici la réécriture d’un mythe (L’Iliade : la guerre de Troie ; récit d’Homère), unelégende qui a une origine dans le réel, qui est atemporel, et qui sert d’explication. Il montre le cynique et le sarcastique des politiciens. On retrouve la bataille Paix / Guerre, et le caractère pacifique de Giraudoux, qui se caractérise juste avant la 2nde guerre mondiale. Plan du poème La thèse de Priam, la guerre La thèse d’Andromaque, la Paix

A - UN CONTE CLASSIQUE
1) Les marques d'uneanecdote Personnage du conte Il s'agit d'un "prince" qui s'invente une lignée de renom : "il descend en droite ligne d'un comte". Il s'invente des origines nobles qui ne peuvent pas être mises en doute compte tenu du début du texte "un généalogiste prouve". Personnage qui se pose comme un héros Un héros de conte : son vêtement est décrit comme tel, ainsi que ceux de ses hommes ("un gros drap bleu","le gros fil blanc" qui "borde leurs chapeaux") => caricature des soldats, ce sont des marionnettes costumées. 2) Les marques de l'indétermination Lieu : - "une maison", "cette maison" : où se situe-t-elle, dans quel pays ? - "une province"', "cette province" : où se situe-t-elle, dans quelle province ? - noter que "les autres princes ... couvrent une petite étendue de pays" : là encore l'anecdotese situe dans un espace indéterminé qui apparente le texte au registre du merveilleux. Temps : "il y a trois ou quatre cents ans" est la seule indication temporelle du texte. Rien ne permet de dater précisément les événements : cela apparente encore une fois le texte au registre du merveilleux. 3) Syntaxe du conte On notera que tout le texte est construit par l'anaphore ("cette maison", "cetteprovince", "ces multitudes" : il s'agissait de montrer que les événements s'enchaînaient de façon inéluctable. L'asyndète (absence de subordination comme de coordination) notamment dans le premier paragraphe les ":" insistent sur l'aspect d'enchaînement inéluctable des événements. Tout s'enchaîne comme dans un conte. Voltaire dans son article "Guerre" insiste sur une espèce de programmation del'événement. Cette écriture qui souligne la "logique" des faits attire le soupçon du lecteur. Pour autrement dire, cet enchaînement inéluctable n'est-il pas signifiant de la visée argumentative du conteur philosophe ?

B - UN CONTE PHILOSOPHIQUE
1) La guerre Il s'agissait de relever le champ lexical de la guerre et de très vite remarquer qu'aucune stratégie guerrière n'était réellement évoquée. Levocabulaire guerrier se réduisait à un jeu de guerre enfantin. Il s'agit ici de "se battre", les peuples sont répartis en "bandes" ou en "équipée". Tout se mesure en terme de gain : il s'agit de "gagner" la guerre comme on gagne un jeu. Le langage enfantin attire le soupçon du lecteur. 2) La dérision de la guerre : la guerre est vue comme un jeu puéril. Il s'agit pour chaque prince d'être "de lapartie". On ne sait même pas pourquoi on se bat. D'ailleurs qui sont les soldats ? : "les autres princes" ... "des peuples" ... "ces multitudes" ... d'où viennent-ils ? que veulent-ils ?, ils vont simplement "vendre leurs services à quiconque veut les employer" (comme Candide qui au milieu des morts enjambait les corps pour aller rejoindre mademoiselle Cunégonde ...) La surabondance des notationschiffrées sans aucune précision attire le soupçon. Rien n'est précis. Nous sommes en présence d'"un grand nombre d'hommes", il y a "cinq ou six puissances belligérantes, tantôt trois contre trois, tantôt deux contre quatre, tantôt une contre cinq". Ces hommes sont là pour gagner "cinq ou six sous par jour". Voltaire utilise une poétique du vague qui dans de telles circonstances attire le soupçon...
tracking img