Le discours d'octavien à la veille de la bataille d'actium (septembre 31 avant j-c)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 31 (7523 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le discours d'Octavien à la veille de la bataille d'Actium : l'affrontement de deux mondes

Depuis 509 avant J-C, et la Lex Iunia ordonnant l'exil de Tarquin le Superbe (dernier roi de Rome), la monarchie romaine a laissé place à la République. Cette dernière que l'on peut qualifier d'oligarchie (venant des termes grecs « arkhê » (pouvoir) et « oligoi » (quelques uns) est un gouvernementallant jusqu'en 31 avant J-C. C'est une période de l'histoire romaine caractérisée par une répartition bien précises des pouvoirs entre les mains du sénat, de différents magistrats mais aussi au peuple, de nombreuses guerres de conquêtes étendant considérablement le territoire romain jusqu'en Gaule, Espagne, Afrique du Nord, Asie Mineure, ainsi que plusieurs guerres civiles, dont la dernière provoquasa chute. C'est précisément l'objet de notre texte que nous allons commenter.
Ce texte est un extrait du discours d'Octavien à la veille de la bataille d'Actium (le 2 septembre 31 avant J-C). Cela se remarque par le la structure particulière du texte, mêlant apostrophes à l'égard de son auditoire qui est ici militaire (soldats (l.1)) et l'impression d'un dialogue constant avec le public avecl'emploi de la première personne du pluriel (l. 9, 10, 22, etc.). Ainsi ce personnage de la République romaine fait ici un discours à ses hommes visant à leur donner du courage pour la guerre à venir. La rhétorique romaine est l'une des plus réputées, et les hautes personnes de l'époque savaient manier les mots pour faire passer un message, convaincre un auditoire, c'est dans ce but qu'Octavienprononce ce discours qui nous le verrons, à un but bien précis.
Ainsi, cet extrait du discours d'Octavien est tiré du livre 50 de l'Histoire Romaine de Dion Cassius. Ce dernier, né vers 155 ou 163 et mort en 235, de son vrai nom Cassius Dio Cocceiabus, naquit à Nicée, en Bithynie dans une famille de notables grecs. Ses oeuvres étant écrites en grec, nous le considérons donc comme un écrivain grec duIIe et IIIe siècle après J-C. Issu d'une famille sénatoriale, il occupa d'importantes charges tout au long de sa carrière : il fut sénateur sous Commode, préteur sous Pertinax, consul sous Sévère Alexandre, ainsi que gouverneur de Dalmatie et d'Afrique. En 235, après avoir franchi toutes les étapes du Cursus Honorum, allant même jusqu'à devenir membre du consilium (le conseil) impérial, il quittale monde de la politique, et se retira à Nicée, la cité dont il était originaire, où il mourut.
La plus importante oeuvre de Dion Cassius fut son Histoire romaine, retraçant l'histoire de Rome, de l'arrivée d'Énée dans le Latium jusqu'à 229 après J-C. Cette oeuvre magistrale, composée de 80 livres, coûta dix années de recherche à son auteur, puis encore dix années de rédaction. Cependant, cetteoeuvre ne nous est parvenue que très fragmentée. Elle est doublement commanditée : par ce qu'il appelle son « démon personnel » et par l'empereur Caracalla. Nous pouvons voir une composition bipartite, la bataille d'Actium marquant la césure). Les 36 premiers livres ne nous sont parvenus que par fragments ; les livres XXXVII à LX sont à peu près intacts ; mais nous n'avons que des fragments etl'Abrégé de Xiliphin pour les derniers livres (Xiliphin était un moine byzantin du XIe siècle, qui fit une abréviation de la dernière partie de l'œuvre de Dion Cassius). Grâce à son expérience, il est un témoin important de son époque et un précieux commentateur des aspects politiques de l'histoire mais peu fiable quant aux institutions républicaines. Son style est particulier, du certainement au faitqu'il reçut une formation de rhéteur. Il dénonce dans son oeuvre les abus de pouvoirs des empereurs et se fait le porte parole de son ordre, réclamant plus d'équilibre entre le Princeps et le Sénat. Une dernière chose que l'on peut remarquer quant à son oeuvre, c'est que l'on peut noter beaucoup d'emploi du Merveilleux afin d'expliquer la causalité divine dans l'histoire humaine. C'est l'une...