Le don d'organes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (718 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le don d’organes

Ce que dit la loi aujourd’hui :
Elle fixe 3 principes :- le consentement
-la gratuité-l’anonymat.

Pour le prélèvement sur donneur décédé, la loi retient le consentement présumé :
-en l’absence d’inscription sur un registre des refus, chaque personne est présumée «donneur »,
-interrogation de la famille pour savoir si la personne décédée n’a pas exprimé oralement son opposition à ce prélèvement.
Garantie médicale : la séparation entre l’équipe de soins quiconstate le décès et l’équipe de prélèvement.
Pour le prélèvement sur donneur vivant, l’anonymat ne peut être respecté, puisque ceux-ci doivent être : parents/enfants/frères ou sœurs/conjoint/membre dela famille proche (cousins germains) de la personne en attente de greffe.
Le prélèvement est interdit sur une personne mineure ou sur une personne majeure bénéficiant d’une protection légale.
Leconsentement doit être exprimé devant le juge et un comité d’experts doit évaluer les risques potentiels pour le donneur.

Demande d’évolution et problèmes d’éthique :
Aujourd’hui, devant lapénurie de greffons, une demande est faite :
-d’élargir la liste des donneurs vivants : au conjoint du père ou de la mère
A despersonnes ayant des liens affectifs avec la personne en attente.
-d’autoriser des « dons croisés ».
Par un don croisé, un membre de la famille non compatible avec le receveur pourrait se voir demanderd’être donneur à l’égard d’un tiers en vue d’obtenir un don en retour.

Un argument financier pèse en faveur de la greffe : malgré son cout, cette dernière est beaucoup moins lourde financièrementqu’une dialyse.
Est également formulée une demande de défraiement équitable des frais ou des pertes de revenus encourus par le donneur et d’indemnisation des aléas thérapeutiques du prélèvement....
tracking img