"Le dormeur du val" d' arthur rimbaud, commentaire composé

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1048 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Le dormeur du val » d’A. Rimbaud
Introduction
Anticonformiste, marginal, Rimbaud étouffe à Charleville, et il lui arrive de fuguer... dans une région dévastée par la guerre de 1870. Il s'est révolté contre la guerre et ses barbaries dans certains de ses premiers poèmes : "Le Mal", "Les Corbeaux", "Le Dormeur du val".
Ce dernier poème, publié pour la première fois en 1888, est remarquable,car le jeune poète de seize ans, ne recourt pas au ton de l'indignation, il feint de découvrir avec le lecteur, le spectacle désolant de la mort comme un phénomène anodin. Le choc provoque ainsi la stupeur et accentue encore plus la dénonciation.
Une subtile opposition est donc entretenue entre l'évocation d'un spectacle charmant et la réalité cruelle du sommeil de la mort. Nous étudieronssuccessivement cette évocation de la beauté pittoresque de la nature puis la découverte d'une réalité tragique.
I. Un poème surprenant
a. Une scène presque banale
* Le texte s’ouvre sur la description d’un paysage en apparence agréable.
En effet, La première strophe nous présente un cadre enchanteur. Le champs lexical de la nature ( « verdure », « rivière » « montagne » «  soleil »« val « ) suggère que rien ne manque à ce lieu ; Quant au champs lexical de la luminosité ( haillon d’argent/soleil/luit/rayon ) et de la joie ( chante / follement / mousse ) donnent l’impression d’un lieu resplendissant et chaleureux .
L’amplitude des alexandrins renforcés par l’enjambement (V3) ajoutent une note de plénitude au tableau.
* Dans ce cadre lyrique entre en scène un personnage mentionnéeV5 comme étant « un soldat jeune ». L’auteur en fait ensuite la description du personnage
* Une description physique, d’un part, en utilisant des métonymies successives ( « tête nue » et donc sans casque / « nuque baignant dans le frais cresson bleu » / « pale » ) mettant l’accent sur l’état d’abandon où semble se trouver ce soldat
* Et de son activité, d’autre part, avec le terme« dort » que l’on retrouve dans les trois dernières strophes.
Cette description faite d’un « soldat jeune » faisant la sieste dans un cadre paisible renforce cette idée de plénitude que dégage le poème. Mais la paix de ce poème prend fin au dernier vers de la dernière strophe.

b. Une chute déconcertante
* Alors que se dégage l’idée répétitive de sieste et de repos ( il dort / il faitun somme ) ; des éléments font obstacles à l’apparente sérénité de la scène .

* L’expression « souriait comme un enfant malade » ou « il a froid » jettent un doute dans l’esprit du lecteur sur l’état de santé du soldat. On progresse donc vers l’inquiétant.

* Ce n’est que le dernier vers qui lève le doute et ponctue d’une certaine manière la fin du poème, l’auteur nous fais comprendreque le soldat est mort « il a deux trous rouge au cote droit ». Dans ce dernier vers, le rouge symbolise la couleur du sang et les deux trous correspondraient aux impacts de deux balles.

* L’auteur ne prononce jamais le mot mort, ici le sommeil et la mort offrent la même apparence. Cependant l’auteur se contente d’en faire la description, nous amenant à en faire le constat par nous-même demanière presque brutale et quasi inattendue. Ici le sommeil et la mort offrent la même apparence
Le sort du jeune soldat en devient intolérable, on est face ici à une dénonciation faite par Rimbaud du sort de ce soldat.

II. Une dénonciation implicite à travers une description de la nature aux multiples facettes
a. Une nature symbolique
Rimbaud multiplie tout au long du texte lessymboles que notre première lecture naïve ne nous permettrait pas de repérer. La découverte de la mort nous permet de porter un autre regard sur le poème.
* La nature peut d’abord être perçue comme la tombe du soldat. L’expression ambivalente « c’est un trou de verdure » peut en effet évoquer l’image du tombeau, l’expression étant reprise par la métaphore du « lit vert ». De plus, le...
tracking img