Le drame romantique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1400 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE DRAME ROMANTIQUE

"ce genre est une peinture totale de la nature"
Victor Hugo

Introduction
Le drame romantique est une des manifestations du romantisme, mouvement littéraire, pictural et musical de la première moitié du XIXe siècle, il est né à la suite du drame bourgeois du XVIIIème siècle.

La jeunesse romantique est une jeunesse fougueuse, qui ne se sent pas à l'aise dans l'époqueoù elle vit. La jeunesse romantique est donc à la recherche d'actes héroïques. Ce genre nouveau marque la volonté des dramaturges de s'affranchir des règles traditionnelles (règles du classicisme), jugées trop contraignantes, notamment la (règle des trois unités ;sauf unité d'action).
Le modernisme et les démesures du théâtre shakespearien, et dans une moindre mesure les dramaturges allemands,servent de modèle à la jeune génération d'auteurs romantiques.
Shakespeare leur paraît moderne pour plusieurs raisons : il a écrit pour les « grands » (rois et courtisans) et pour le peuple : les personnages appartiennent à ce qu'on appelle aujourd'hui des milieux sociaux très différents. De plus, Shakespeare varie les genres, enfreint les unités spatio-temporelles, et aucun aspect de la naturehumaine ne lui échappe.

1) Contexte historique
Le romantisme naît dans un moment charnière de l'histoire de France, celui qui sépare l'Empire napoléonien de la Seconde République. Les régimes se succèdent et s'achèvent dans une crise plus ou moins sanglante.
Le demi-siècle romantique : on peut constater la faible longévité du théâtre romantique : le drame romantique apparaît avec Stendhal,Racine et Shakespeare et Hugo, Cromwell. La plupart des chefs-d'œuvre apparaissent durant la Monarchie de Juillet 1830-1848. Le genre disparaît en 1843, avec l'échec des Burgraves de Victor Hugo.

2) L'opposition aux règles classiques
Refus de la règle des trois unités : les romantiques veulent se libérer de la forme et refusent la règle des trois unités car elle étouffe le génie.
Refusde la règle de bienséance : par souci de réalisme, les romantiques veulent montrer sur scène ce qui existe (meurtres, suicides, duels, etc. ; Cf. Chatterton, Ruy Blas, Hernani et Lorenzaccio de Musset).
Le mélange des genres, la diversité : les romantiques prétendent qu'on peut écrire une pièce de théâtre en mélangeant les tons, refusant ainsi qu'il n'y ait que du tragique dans une tragédie, quedu comique dans une comédie, etc. [Remarque : au XVIIIe siècle, Diderot et Beaumarchais revendiquaient le mélange des genres, donnant naissance au drame bourgeois qui met en scène les malheurs de la vie quotidienne sur un ton sérieux.]
Rejet du drame bourgeois : dans celui-ci, on est fidèle aux décors, aux costumes, etc. pour imiter la réalité. Les romantiques refusent cette illusion de fairevrai au nom de l'imagination, de l'expression du génie.
Rejet du moralisme et du théâtre manichéen conception dualiste
du bien et du mal : le drame bourgeois est, pour les romantiques, un théâtre moralisateur (le dénouement est toujours moral).
Des héros singuliers remplacent les personnages stéréotypés des XVIIe et XVIIIe siècles.
A l'unité d'action des classiques qui proscrit les intriguessecondaires, le drame romantique substitue l'unité d'ensemble. C'est la seule limite imposée à leur liberté artistique : les intrigues secondaires ne sont pas exclues mais doivent s'agencer de façon harmonieuse autour d'un intérêt principal clairement identifié, sans nuire en aucune façon à la cohérence de l'oeuvre.

3) Le projet du drame romantique
représenter le passé historique dans sacomplexité pour permettre au spectateur de comprendre le présent ;
souligner le rôle de l'individu dans l'évolution de la société.
Le drame romantique représente les bouleversements politiques, avec l'idée que le passé illustre le présent. Le dramaturge évite la censure car il masque ses allusions au présent par le recours à l'Histoire.
Liberté, imagination débridée, évasion, individualisme...
tracking img