Le droit de mourir dans la dignite

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2247 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
B) Le droit de Mourir dans la dignité

« Je vous réclame le droit de mourir » écrivait Vincent Humbert au Président de la République, Jacques Chirac. Comment faire d’un droit ce qui est un fait, ce qui est intrinsèque à l’humanité, puisque tous les hommes meurent un jour ou l’autre. Il faut alors ici comprendre le « droit de mourir » comme un droit de mourir avant l’heure, de décider soi-mêmequ’il est temps de partir. Précisons les termes, puisque nous parlons de « droit de mourir dans la dignité ». Mourir dans la dignité est là encore quelque chose qui est simplement, si tout homme est digne alors tout homme meurt dans sa dignité, on ne perd pas sa dignité, on n’est pas moins digne aujourd’hui qu’hier. Le droit ne peut pas inventer quelque chose qui existe déjà. Il faut donccomprendre « mourir dans la dignité » comme le fait de mourir avant de n’être qu’un cœur qui bat et un poumon qui respire, mourir quand on se sent encore digne de ce qu’on a été.
Si on la prenait au sens littéral, l’expression « droit de mourir dans la dignité » n’aurait aucun sens. Mais on doit la comprendre comme un droit de la personne de décider de mourir quand elle estime que sa vie n’est plus digned’être vécue. Le droit de mourir dans la dignité c’est simplement le droit de vivre dignement sa mort.

1. La personne dite « en fin de vie » ou mourante

L'HOMME MALADE peut être atteint dans sa Dignité par une dégradation physique ou morale et par la douleur qui n'est jamais bonne ni rédemptrice comme on l'a longtemps prétendu et qui doit toujours etre combattue. Par ailleurs, l'hommemalade entre dans un univers inhabituel et effrayant celui de la médecine qui a fait certes d'immenses progrès, mais qui suscité en retour des craintes par l'étendue même de son pouvoir mystérieux.. Si l'homme malade a donc d'abord besoin de soins il a autant besoin de réconfort. Il doit, pour que sa Dignité soit sauvegardée, être informé clairement et précisément. de son état. Il a cessé d'être uncas pour devenir un individu responsable dont le libre consentement est nécessaire face à l'obligation morale de son médecin. Il reste néanmoins beaucoup à faire par exemple en matière d'acharnement thérapeutique. Tout homme doit être libre d'affirmer par avance sa volonté de mourir dans la Dignité dans une déclaration écrite rédigée par lui en toute conscience et en toute liberté pour le cas oùil serait ultérieurement dans l'incapacité d'exprimer cette volonté. Il s'agit d'un véritable testament de vie permettant à ceux qui en manifestent expressément le désir d'obtenir une aide à mourir et dont on doit chercher à obtenir la reconnaissance par les pouvoirs publics.
Mieux soigné, l'homme a vu son espérance de vie augmenter dans des proportions impensables au début du siècle. Mais s'ilaccède souvent au 3ème ou 4 ème âge dans de bonnes conditions, malheureusement c'est plus souvent encore au prix d'une dégradation physique ou morale qui lèse sa Dignité. Car, comme l'enfant, le VIEILLARD est fragile et vulnérable et doit donc être protégé. La maltraitance du sujet âgé n'est pas exceptionnelle bien que cachée comme celle de l'enfant. Mais c'est surtout par la maladie, la déchéancephysique, la détresse morale que le vieillard est menacé d'autant que s'y ajoutent parfois l'isolement et la perte des ressources financières. "La vieillesse est un naufrage" disait de Gaulle et cet aphorisme est souvent vérifié d'où le grand nombre de suicides chez les sujets âges, plus fréquents que chez les jeunes suicides qui ne sont pas d'origine psychiatrique mais légitimés par la crainte dela souffrance, de la déchéance physique, de l'isolement.. Ils sont respectables et on peut discuter de 1 'opportunité de leur apporter une aide : c'est alors le problème de l'euthanasie qui se trouve posé.

Le débat autour de l’euthanasie et du droit de mourir

L’argument de la dignité est utilisé aussi bien par les défenseurs du droit de mourir que par ceux qui s’y opposent. La religion...
tracking img