Le droit de vie et droit de mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3424 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le droit de vie et de mort
Le droit de vie et de mort est un droit fort ancien, archaïque, qu'avaient certaines autorités instituées (État et église[1] principalement ; autrement dit, les… Ordres) mais également certaines personnes (le chef de famille[2], de clan…) de disposer de la vie et, a contrario,, de la mort de personnes, à titre individuel ou collectif : prisonniers de guerre, ennemis,esclaves, serfs, enfants, femmes (au sens d'épouses, légales ou coutumières), hérétiques, impies, mécréants, débiteurs[3], agresseurs….[4]
En France, ce droit a été aboli, de jure et de façon discriminatoire et non universelle, avec la Révolution bourgeoise de 1789. Abolition discriminatoire et non universelle, l'universalité de référence étant celle de la déclaration universelle des droits del'Homme et du Citoyen. Ainsi, par exemple, les propriétaires d'esclaves continuèrent de pouvoir jouir de ce droit puisque la Révolution , on le sait, n'abolit point l'esclavage. Mais, le chef de famille continua d'exercer ce droit sur sa descendance et son conjoint : c'est ainsi, qu'il continua d'avoir le droit d'infliger des corrections physiques, pouvant aller jusqu'à la… mort[5], sur ses enfantscomme sur… son épouse, et que, en dernière analyse, l'État, avec notamment les ordonnances du 23 décembre 1958 relatives a l'assistance éducative n'a fait que reprendre à son compte le pouvoir judiciaire et répressif du pater familias ; ce n'est que depuis une trentaine que le droit d'usus et d'abusus du mari sur l'épouse est tombé avec la reconnaissance, par la jurisprudence et non par lelégislateur, du viol conjugal alors qu'un arrêt de la cour de cassation de 1910, s'arc-boutant sur la légitimité naturelle du pouvoir du pater familias, avait démontré qu'il était… impossible ; c'est toujours le père qui, en toute légitimité et en toute légalité, continuait de décider, lors d'un accouchement pathologique, de la mort de l'épouse et de la vie de l'enfant[6] ; enfin, les tribunauxcontinuèrent d'être complaisants aux maris cocus assassins des adultères (amants et maîtresses)[7]. Et puis, surtout, l'État continua de pouvoir décider de la mort des citoyen(ne)s en les condamnant à mort par voie de justice, de répression policière ou de guerre. Mais, d'autres exemples de maintien, sinon de jure, du moins de facto, de ce droit de vie et de mort, aussi bien pour les ordres que pour lespersonnes, pourrait être trouvé jusqu'à une date beaucoup plus récente et, en fait, jusqu'à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948 quoi, juridiquement et légalement, et du moins en ce qui concerne les individus, a aboli ce droit et en a fortement limité l'usage par les États (les Églises en étant, théoriquement, destituées).
Le droit de vie et de mort sur une personne n'est doncthéoriquement plus reconnu aux… particuliers. Pourtant, dans les faits, ce droit continue bien d'être en usage et certain(e)s ne manquent pas d'en user jusqu'à… l'abus en toute impunité juridique et morale. Il en est ainsi, par exemple, lorsque :
• les capitalistes, chefs d'entreprise ou actionnaires, embauchent et, a fortiori, débauchent des salarié(e)s et qu'ils-elles gèrent cette ressourcequalifiée hypocritement d'humaine comme une vulgaire ressource matérielle, une marchandise, un objet, une chose, un kleenex, un bien mobilier assujetti au droit d'usus et d'abusus… ;
• les capitalistes, obsédé(e)s par leurs profits polluent la terre et hypothèquent la vie des générations à venir[8] ;
• les capitalistes interdisent de soins et donc… de vie des millions de malades au seulmotif que les intéressé(e)s n'ont pas le fric dont ont besoin les premier(e)s pour maximiser leurs profits ;
• les capitalistes interdisent de nourriture, de logement, de transport, d'éducation d'habillement… celles et ceux qui n'ont d'autre tort que de ne pas être des… capitalistes et qui, n'ayant aucune… valeur au regard de la loi d'airain du profit, n'ont d'humain que leur "mortalité"...
tracking img