Le droit de vieillir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1268 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« LE DROIT DE VIEILLIR »

La Structure de la Fiche

Introduction :
Ouvrage de synthèse publié en février 2000 par deux anthropologues, Bernadette PUIJALON, maître de conférences à l’université Paris-XII, faculté de sciences de l’éducation et sciences sociales elle est également et responsable du Master professionnel Sciences de la société, Management des Organisations, option gérontologique,Présidente du Comité Personnes Agées de la Fondation de France, membre du CNSA, et Jacqueline TRINCAZ, maître de conférences et responsable du pôle d’études gérontologiques de la même université.

L’ouvrage et son contenu
Le thème : Cet essai pose un questionnement sur notre façon de vieillir dans notre société actuelle.
Les thématiques : La place des PA dans la société, quel regard ?,l’allongement de la vie et les progrès médicaux, un système de retraite performant, plusieurs définitions de la vieillesse.
Transformation de la prévention du vieillissement en obligation de ne pas vieillir sou peine d’exclusion. Comment échapper aux maléfices du temps et au vieillissement puisqu’une des dimensions du vieillissement est précisément l’action du temps sur le corps ?
Sous-titres :
•Des chiffres significatifs : L’espérance de vie se prolonge avec une augmentation de 4 décennies en un siècle. Celle des hommes est passée de 63 ans en 1950 à 75,2 ans en 2000, celle des femmes de 69 à 82,7 ans. En 2035, elle est estimée à 81,9 ans pour les hommes et 89 ans pour les femmes.
• Les personnes âgées coûtent cher : Elles représentent une charge financière croissante pour notresociété ou travail et richesse individuelles ou collectives sont des préoccupations centrales (retraites, dépenses de santé)
• Les vieux sont moches : Associer vieillesse et laideur n’est pas une exception. Si toutes les cultures ne font pas cette analogie, il s’agit néanmoins d’un modèle transculturel. Société éprise de beauté physique et soucieuse des apparences. L’amélioration de l’hygiène devie et progrès de la médecine ont fait reculer la limite biologique des individus. Dans cette lutte contre les rides, celui qui semble vieux est suspecté de se laisser aller. Aujourd’hui, on attribue bien souvent au mot « vieux » la valeur négative de la chose usée, bonne à jeter, surtout dans notre société de consommation, où il apparaît nécessaire de remplacer la vieille machine par unenouvelle. Le corps vieux est déprécié dans des sociétés qui ont le culte de la beauté physique. Les critiques à l’égard des vieux ne renvoient pas uniquement à la métamorphose du corps. Elles s’étendent au domaine moral et peuvent se faire violentes.
• La vieillesse, c’est l’antichambre de la mort : « ce n’est plus vivre et mourir qui est associé mais vieillir et mourir ». Les vieux sont devenusles dépositaires de la mort. (En France, 61% des décès ont lieu après 70 ans).
• Les séniors ne sont plus « dans le coup » : La personne âgée apparaît décalée, inadaptée dans une société où progrès rime avec accélération permanente et immédiateté. Autrefois elle apportait sagesse et expérience, elle est maintenant synonyme de lenteur voire d’incapacité. Peureux et faible, le grand âge devientaussi symbole de nullité.
• Exclusion et discrimination : Les personnes âgées sont de plus en plus seules. Oubliées ou négligées par leurs proches, elles représentent un poids, dérangent et parfois même n’intéressent plus. Peureux et faible, le grand âge devient symbole de nullité. Certaines sociétés élaborent une représentation hautement valorisée de ce temps de la vie et le vieillard estalors considéré comme un sage ou comme un élu de Dieu, tandis qu’à l’opposé, d’autres, comme la nôtre, construisent une représentation négative porteuse d’attitude de rejet ou de discrimination à l’égard des vieux. Si chacun dénonce cette exclusion, elle semble s’amplifier protée par une longue histoire. (Lutter contre la vieillesse, une veille histoire – p 59)

La thèse : Les deux auteurs se...
tracking img