Le droit et le terrorisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 123 (30543 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

L’Afrique subsaharienne offre à l’observateur le visage banal de la contradiction. D’un côté prévoit la vision d’un continent fascinant par ses hommes, ses peuples et ses paysages. De l’autre se précipitent et s’entrechoquent les images d’un chaos sans fin. La politique emprunterait plutôt à ce second registre. Tenter d’échapper au risque de la caricature suppose une mise àdistance de l’histoire immédiate. L’épaisseur politique de l’Afrique exige un retour sur les processus socio-historiques qui ont conduit l’ensemble du continent à connaître successivement des modes d’organisation politiques sensiblement différents. La science politique africaniste s’est forgée dans le constat que le détour anthropologique et historique s’imposait pour qui voulait saisir la réalitépolitique contemporaine. Les structures socio-politiques actuelles de l’Afrique noire résultent en effet d’un processus de sédimentation entamé bien avant la phase coloniale. Les puissances européennes, dans leur entreprise de conquête, se sont heurtées à des systèmes politiques spécifiques, sensiblement éloignés des modèles étatiques métropolitains. Le processus d’interaction, largement conflictuel,ne s’est pas soldé par l’affirmation d’un système sur un autre mais par une altération réciproque, de sorte que l’Etat colonial apparaît sous la diversité de ses formes, comme un produit syncrétique mêlant et recomposant des influences divergentes. Dans ce processus d’interpénétration, les logiques de domination, de violence, parfois aussi de résistance ont prévalu. Ainsi, l’Afrique contemporainea-t-elle été maintenant à l’écart du mouvement démocratique qui parcourait notamment l’Europe. La période postcoloniale n’a pas dérogé à cette règle. Au contraire, la politique y a pour l’essentiel revêtu les habits de l’autoritarisme. Les modes de domination successifs ont souvent forgé des Etats paradoxaux, à la fois forts dans leur capacité à préserver la suprématie des dirigeants et faiblesdans leur aptitude à produire des institutions publiques efficaces.
Quelque quarante années après leurs indépendances, la quarantaine d’Etats que compte l’Afrique subsaharienne se trouvent à nouveau carrefour. Leur environnement s’est transformé tandis que les processus socio-politique internes se sont dégradés. La problématique démocratisation au sud du Sahara se situe dans une perspectivelongue, ou se mêlent la pesanteur des héritages et la quête d’un destin maîtrisé. C’est de cette dynamique que se nourrit la politique aujourd’hui en Afrique.
Les pays africains connaissent quasiment tous une crise socio-économique aiguë ces dix dernières années. Cette crise résulte en grande partie de la mauvaise gestion de la chose publique. Ce faisant, les populations africaines sedressent dans bien des pays contre leurs dirigeants politiques, ce qui fait remettre en question le politique. Cette remise en question de l’ordre sociopolitique se manifeste généralement sous deux formes principales. Tantôt ces populations se soulèvent contre ceux qu’elles considèrent comme leurs fossoyeurs, tantôt elles se révoltent contre les institutions politiques au moyen desquelles lespoliticiens imposaient naguère leur perception du monde sur la majorité, celle-ci ayant été longtemps réduite au silence au nom de la discipline du parti prônée par les partis uniques.
L’ampleur de la contestation du politique va croissant dans la plupart des cas. Par conséquent, l’ordre établi se déséquilibre et l’anarchie vient compléter le tableau sombre de la situation politique sur lecontinent. Partant du désordre qui s’installe sur le champ politique africain, beaucoup de chercheurs africanistes ne se privent plus de mettre en doute l’existence même de l’Etat. Certes il est clair que la contestation contre les hommes politiques ajoutée à celle qui se déploie contre les institutions, en l’occurrence les partis uniques, constituent une réelle menace contre l’ensemble des systèmes...
tracking img