Le féminisme en route vers l'écoféminisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1732 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Chanelle Bellingham Donald Cuccioletta

Processus Politique de l'économie contemporaine

Le féminisme en route vers l’écoféminisme

L'Université du Quebec en Outaouais

Le mardi 20 octobre 2009

INTRODUCTION

Il faut d’abord réaliser que le féminisme, depuis le XXe siècle, occupe une grande place dans nos sociétés tout comme l’environnement. Cependant, leféminisme se fait un peu plus discret, c’est pourquoi plusieurs féministes déclarent que si le mouvement féminisme s’affiliait aux écologistes, les deux mouvements seraient avantagés par cette affiliation. Le premier texte choisi est un article de la revue La course à Relais-femmes, Vers des écoféminismes québécois! Mais... comment?, cet article est écrit par Elsa Beaulieu et Maude Prud’Homme.[1]Il aborde le féminisme sous un angle plus environnementaliste, il décrit les différents enjeux qui jouent un rôle auprès de divers combats féministes. Le second, Le féminisme entre passé recomposé et futur incertain, est un article tiré des Presses Universitaires de France, Cités, par Françoise Picq.[2] Ce texte décrit le féminisme dans son état actuel avec les nombreuses barrières quil’empêchent d’avancer ainsi que quelques solutions à ces embûches. D’ailleurs, le texte suivant comparera les argument des deux articles, dont le sujet principal est le féminisme. Le texte sera divisé en deux parties, la première définira les analogies entre les deux extraits et la deuxième les différents paradoxes .

COMPTE-RENDU

Les idées générales qui se retrouvent dans les deux articles tournentautour de l’écologisme et du féminisme. Ils abordent les problèmes de la société tels que les droits des femmes, l'environnement et le système capitaliste néolibéral présent en France. Les deux textes développent des idées tout à fait similaire. Tout d’abord, chaque article suppose que seul aucun groupe ne pourra faire valoir leur opinion de manière significative. Il faudrait s’allier soit avec lesécologistes ou avec les différents mouvements féministes à travers le monde. Ensuite, les auteures désignent les secteurs du marché du travail où les stéréotypes et le machisme sont dominant. Puis, le système capitaliste néolibérale, qui est un gouvernement où il a peu d’intervention de l’État et où la société est très individualiste, est proposé dans les textes comme étant un système qui favorisela formation de différents mouvements et organisations afin de promouvoir les droits et besoins requis de la société. Il y a aussi l’environnement qui est l’aspect principale qui distinguer les deux textes. Dans l’un des textes, il est décrit comme étant un enjeux aussi important que le féminisme pour la société. Plusieurs liens réunissent ces deux mouvements vers la recherche d’un mêmerésultat, le gain des différentes causes qu’ils défendent pour le mieux être de la société actuel comme des générations à venir.[3] Finalement, le dernier argument qui réunit les deux articles est l’utilisation de la femme par les employeurs à titre d’objet afin de faire le plus de profit possible ou simplement l’utiliser pour servir les hommes qui font tout le travail dans les entreprises du secteurindustriel.[4]

CORPUS

Le féminisme, tout comme nous l’avons vu en classe, se définit comme étant un mouvement qui préconise l’amélioration des droits et du rôle de la femme au sain de sa famille tout autant que de sa société. L’écologisme quant lui se définit comme un mouvement qui milite en faveur d’une symbiose ou plutôt d’un équilibre entre l’être humain et la nature.[5] Ces deux courantsd’idées sont apparus dans le but de combler certaines lacunes du système néolibéral grandissant dans la société.

L’idée d’une alliance entre mouvements est mentionné dans les deux textes. Chacune des auteures du texte, Vers des écoféminismes québécois! Mais... comment?, croient qu’il y a un lien à établir entre l’environnement et les femmes par exemple la santé reproductive de celle-ci...