Le fait religieux dans l'enseignement des lettres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3606 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DIDACTIQUE

Gestin,Daniel, et Montsellier Marie-Ange (dir.),
Lettres ouvertes, « Le fait religieux. Question pour l'enseignant de français » CRDP de Bretagne, 2002.

Cette revue propose à l'enseignant de français de se questionner sur la place du fait religieux à l'école et son enseignement au regard des programmes scolaires et des oeuvres étudiées. Cette revuepropose une démarche plurielle et pluridisciplinaire. Elle se caractérise par une pluralité des points de vue : la parole est donnée à des professeurs croyants ou non-croyants mais également à des historiens. La revue propose des itinéraires variés et des pratiques réalisées en classe. Il est nécessaire, en préambule, de s'interroger sur le sous-titre de cette revue : « question pour l'enseignant defrançais ». Le sous-titre sous-entend que le fait religieux nécessite un questionnement que tout enseignant doit ou devrait se poser. D'emblée, le fait religieux nous est proposé comme une question s'adressant directement à l’enseignant de français et donc, par conséquent, à nous futurs enseignants. L'enseignant comme le futur enseignant se pose d'emblée la question de savoir comment enseigner lefait religieux dans une société où la laïcité est constitutive de notre modèle social et républicain. Il convient de définir certains points. Ainsi, la laïcité est née à la fin du XIXe siècle, elle a d’'abord exprimé une volonté de combattre la religion en excluant l'église catholique de tout pouvoir politique administratif et en particulier de l'organisation de l'enseignement. L'aboutissement decet affrontement fut la séparation de l'Eglise et de l'État en 1905. Dès lors, la loi établit les dispositions fondamentales : liberté de conscience et liberté de culte. À cela s'ajoute, la laïcité des institutions, et surtout de l'école. La laïcité est une valeur constitutionnelle de la République française. De la constitution de 1958, l'article premier stipule : « la France est une républiqueindivisible, laïque, démocratique, et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes ces croyances. » La laïcité est donc fondée sur un socle solide, qui plus est, est inscrite dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. La République française impose donc la neutralité des programmes, et donc desenseignants. Longtemps, le terme de laïcité a posé problème et selon certains, ce terme pose encore problème. C'est une notion qui a évolué : on est passé d'une laïcité de combat à une laïcité « de connaissances et de reconnaissance du choix de chaque individu ». Désormais, elle représente un « vouloir vivre ensemble ». Avec le rapport Joutard de 1996, l'enseignement du fait religieux estpréconisé dans les programmes ; il doit être étudié dans un cadre historique comme un choix de société car faisant parti de notre expérience humaine. Certains y ont vu un retour du religieux dans l'enseignement laïque voire même une atteinte à la laïcité. Ce rapport répondait à une constatation, celle de l'ignorance et de l'incompétence des élèves par rapport à la culture religieuse. En 2002, Jack Lang,alors Ministre de l'Education nationale, demanda un rapport à Régis Debray sur l'enseignement du fait religieux. Ce rapport faisant suite à une conférence qui a eu lieu en novembre 2002, préconisait que le fait religieux soit un moteur des liens entre générations, que l'amnésie relative au fait religieux pourrait être un danger et que l'impératif actuel soit la compréhension et la connaissance dumonde. Selon Régis Debray, le fait religieux doit être un fait observable (que l'on ne peut ignorer) dont on doit prendre acte (prendre acte, ce n'est pas prendre parti) et doit avoir une approche pluraliste (aucune religion ne doit être privilégiée). C'est donc un fait de conscience, un fait de société, et un fait de culture. C'est ce débordement social et culturel qui devient l'objet de...
tracking img