Le fanatisme : excès ou manque de foi ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1492 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le fanatisme : excès ou manque de foi ?
L’Histoire a été marquée par l’apparition et le développement de nombreux groupes fanatiques, tel les nazis, ce qui a entrainé de nombreuses analyses différentes sur la définition même d’un fanatique. Alors l’on peut se demander si le fanatisme est caractérisé par un excès de foi ou bien plutôt par un manque de foi. Nous verrons dans un premiertemps l’analyse rationaliste qui prône l’excès de foi, puis nous analyserons la réfutation de cette thèse rationaliste avec la thèse d’un manque de foi chez le fanatique. Enfin nous terminerons sur l’insuffisance des réponses rationalistes face aux fanatiques.
De nos jours la définition rationaliste du fanatisme, qui vient du latin « fanaticus » signifiant ceux qui travaillent dans le temple, enparticulier les prêtres, et que l’on peut trouver dans plusieurs dictionnaires, est une foi exclusive en une doctrine, une religion, une cause, accompagnée d'un zèle absolu pour la défendre, conduisant souvent à l'intolérance et à la violence. Ainsi l’analyse rationaliste montre que le fanatique est caractérisé par un excès de foi et que cette croyance n’est pas fondée sur la raison et/oul’expérimentation.
Le fanatique, de plus, a un jugement et une conscience troublé qui l’entraine à attribuer à l’idée qui le domine, une valeur excessive et un droit souverain et donc à méconnaitre la valeur et le droit qui appartiennent à des idées ou à des choses autres. Donc le fanatique asservi les autres et souvent par la violence comme peuvent le montrer plusieurs exemples dans l’Histoire, dont leplus récurent est l’exemple des nazis qui avaient une foi indémontable en un monde meilleur constitué exclusivement de la race arienne, ce qui les a conduit à l’extermination de millions de juifs pour leurs idéologies. Comme le disait l’écrivain Octave Pirmez « Le fanatique appelle persécution tout ce qui contrarie son absolutisme ». Le fanatisme c’est le désir d’être approuvé comme l’illustrebien les islamistes radicaux qui, au nom de leurs religions, sont capable de sacrifier leurs vies ainsi que celle des autres, dans des attentats suicides notamment.
Le fanatique, d’autre part, a une foi forte en ses idées car il pense que celles-ci sont la vérité, il pense posséder la vérité absolue et ainsi son discours pourrait se tenir à cela : « J’ai raison donc tout le monde doitpenser comme moi. Je veux que celui qui n’est pas de mon avis sorte de son erreur et s’il ne veut pas admettre la verité, j’use de contrainte ! ». On apprend dans l’œuvre de Roland Jaccard, Portrait du fanatique que celui ci veut changer l’homme et justifie ses actes violents par le fait que c’est pour le bien de l’humanité. Ainsi il se sent engagé dans une guerre sainte, ce qui le rend membred’une élite.
L’analyse rationaliste du fanatisme parle donc d’un excès de foi chez les fanatiques, qui utilisent parfois la violence afin de changer l’Homme pour qu’il adhère à ses idées.
Mais on peut toutefois apporter une réfutation de cette thèse rationaliste car il est plus juste et raisonnable de dire que le fanatique est caractérisé par un manque de foi plutôt qu’un excès. En effet dans ladéfinition rationaliste du fanatisme on parle d’un zèle passionné or ce zèle devient une preuve de la foi du fanatique mais la foi ne peut être prouvé, elle est discrète donc le fanatique n’a pas vraiment de foi. Le fanatisme, de plus, représente une séparation alors que la foi représente un lien. D’ailleurs, en apparence, le fanatique semble certain de ce qu’il croit, de ce qu’il fait car il penseposséder la vérité, mais il utilise la contrainte pour affirmer sa croyance donc cela signifie qu’il a des inquiétudes et des incertitudes donc qu’au final le fanatisme est un manque de foi. C’est alors ces doutes qui peuvent expliquer l’analyse rationaliste parlant d’un excès de foi, comme le dit bien E.E Schmitt « les fanatiques écrasent leurs doutes en sur-affirmant leur foi ».
Un...