Le flou

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2091 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Elle n'était d'abord qu'un village de pêcheurs et de paysans ; elle n'est citée pour la première fois qu'en 1206. En 1745, un traité de paix, qui assurait la Silésie à la Prusse, y fut conclu avec l'Autriche et la Saxe.

La ville se développe au début du XVIIIe siècle avec l'ensemble baroque du Zwinger, le Palais japonais et la Hofkirche. Auguste le Fort, l'Électeur de Saxe, en fait la Florencedu Nord et invite architectes, compositeurs et musiciens, souvent venus d'Italie ou d'Autriche. Dresde accueille aussi d'exceptionnelles collections d'œuvres d'art.

Dresde fut souvent ravagée par les armées, notamment pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763) et pendant la Bataille de Dresde où Napoléon Ier y battit au cours de la Campagne d'Allemagne, les 26 et 27 août 1813, une arméecoalisée constituée d'Autrichiens, de Russes et de Prussiens, ceci un an après y avoir tenue le célèbre congrès. Les fortifications de la ville furent détruites en 1815.

Le bombardement de 1945 [modifier]
Article détaillé : Bombardement de Dresde.
À la fin de Seconde guerre mondiale, un tiers de la ville fut détruit du 13 au 15 février 1945 par la Royal Air Force (principalement), avec l'appui del'aviation américaine. 650 000 bombes incendiaires d'un poids total de 7 000 tonnes sont tombées sur la ville, tuant un nombre encore indéterminé d'habitants de la ville. Les chiffres ont oscillé entre 35 000 et 305 000 morts, sans être pour autant le fait d'un parti-pris politique (La Croix-Rouge soutient une estimation assez proche de celle donnée par les différents rapports de l'État-Majorallemand.). Les derniers chiffres généralement acceptés font état de 25 000 morts environ.

L'Après-guerre [modifier]
À la difficile situation de l'après-guerre suivit le régime communiste de la RDA, lorsque de nombreux efforts de reconstruction de la vieille ville baroque sont entrepris.

Les efforts de restauration de la Florence de l'Elbe, eu égard à l'enjeu culturel exceptionnel de l'ensemble,ont été réellement considérables, et se sont accélérés depuis la Réunification. À vrai dire, on n'a pas vu depuis longtemps tant d'édifices historiques reconstruits sur un même site en si peu de temps. En voici quelques-uns :

Tout d'abord, l'opéra Semper (Semperoper en allemand) d'après son architecte Gottfried Semper, dont la reconstruction se fit en deux phases : l’on reconstruisit d’abordl’extérieur entre 1952 et 1956 (avec Herbert Schneider), dans la vague perspective d’un saccage moderniste ultérieur un peu à la manière du théâtre Sarah-Bernard, avant de se décider en 1977 pour une reconstruction à l’identique de l’intérieur, inaugurée en grande pompe le 13 mars 1985 par une représentation du Freischütz.

Le Palais Zwinger dû à Balthasar Permoser et Pöppelmann, délicat ensemblebaroque comportant un merveilleux pavillon et un arc de triomphe unique au monde (Kronentor), dont il ne restait rien, fut entièrement reconstruit entre 1945 et 1963 sous la direction de Hubert Ermisch, Arthur Frenzel et Max Zimmermann. Il se reflète à nouveau dans le ravissant bassin qui l'entoure.

La Frauenkirche, chef-d'œuvre de l'architecture évangélique, construite autrefois par Georg Bähret détruite non pas par les bombes mais par un incendie dans ses caves, vaste église baroque qui était à Dresde ce que Notre-Dame est à Paris, fut terminée d'être reconstruite en un temps record le 5 août 2004, pour un budget qui représente le quart de ce qu'a coûté l'Opéra Bastille à Paris. Les fonds proviennent de "loteries" où chacun peut donner pour la reconstruction et de nombreux apportsprivés. La reconstruction de la Frauenkirche a de particulier que, non seulement elle a été reconstruite à l'identique, mais en réutilisant tous les matériaux d'origine récupérables. C’est-à-dire que les pierres des ruines ont été numérotées, triées, et remises à leur ancienne place. Les matériaux manquants sont remplacés par des neufs. C'est ce qui donne cet air spécial à l'église, qui combine...
tracking img