Le force du droit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3475 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La force du droit

Introduction
droit de: => liberté de faire ne pas avoir le droit de: => interdiction droit définit limites de ce qui est autorisé et interdit par la loi dans une société donnée. D'ailleurs toute liberté fonde une obligation corrélative. droit de (droit liberté) => obligation de ne pas m'empêcher volontairement à réaliser ma liberté droit à (droit créance)=> obligation faiteà ce que j'obtienne ce à quoi j'ai droit Le droit attend donc d'être respecté, suivi. Mais la question est de savoir ce qui fonde ce pouvoir d'obligation du droit. Lorsque le droit est transgressé il peut y avoir recours à la force. (cf forces de l'ordre). Mais cette force qui est de l'ordre de la contrainte physique peut-elle constituer la force du droit? N'est-elle pas simplement le moyen dudroit témoignant par là que le droit est par lui-même incapable de produire nécessairement son effet, de contraindre mais seulement d'obliger? Mais si l'on ne veut pas que la force du droit ne soit finalement que l'expression des rapports de forces, qu'elle ne dérive que du droit du plus fort il convient de se demander d'où vient ce pouvoir du droit d'obliger, de créer des obligations.

I Le droitdu plus fort
a) le droit c'est le droit du plus fort on peut considérer que le droit n'exprime en fait que des rapports de forces. Que les sociétés humaines n'échappent pas à cette loi naturelle selon laquelle la force produit toujours et nécessairement son effet. On trouve dans le Gorgias de Platon cette thèse défendue par Calliclès. Le personnage Calliclès y défend la thèse que les loisinstituées par les hommes, qui sont conventionnelles, s'opposent à ce qu'il appelle le droit naturel du plus fort.


En effet si on examine le fait du droit institué par les hommes on remarque que selon les cités les lois ne sont pas les mêmes et qu'en ce sens le droit (positif) est relatif. Et on ne voit pas a priori pourquoi on jugerait que le droit de telle cité vaut mieux que le droit de telleautre cité. Pour le dire autrement la diversité des systèmes juridiques témoigne qu'il n'existe

pas de norme universelle du droit. D'autre part, nous dit Calliclès, les lois humaines ne sont finalement que l'expression des faibles qui sont le plus grand nombre. Par le droit les faibles essaient de se protéger des forts qui ont un droit naturel à commander, à exercer leur force.
● ● ●Contrairement aux droit institué par les hommes qui est relatif, le droit naturel (fondé en nature) est lui universel. Il vaut partout et toujours. Il est toujours vrai que le plus fort l'emporte sur le plus faible. La force produit toujours nécessairement son effet. A la question: «  de quel droit?  », il faut répondre selon Calliclès, du droit que ma force autorise. C'est toujours ce droit de la forcequi «  autorise  » à faire la guerre, à asservir les peuples... On peut dire que l'effectivité de ma puissance, son exercice justifie ce qui doit être. On ne peut pas mieux identifier avec Calliclès la force du droit avec le droit de la force, c'est-à-dire avec la force elle-même.

b) la force ne peut fonder le droit On peut objecter à Calliclès l'argument que donne Rousseau dans le Contrat sociallivre I, chap 3 qui s'intitule «  du droit du plus fort  ». En effet Remarque Rousseau, la force est une «  puissance physique  ». Céder à la force «  est un acte de nécessité non de volonté  » La force qui s'exerce est subie et il est totalement inutile de choisir de s'y soumettre. Comme le dit Rousseau dans l'expression droit du plus fort le mot droit n'ajoute rien. On ne saurait fonder uneobligation sur la force. il suffit donc d'exercer sa force. prise en elle-même l'obligation que produit le droit suppose un consentement libre. La contrainte de la force n'est pas l'obligation du droit. Pour le dire autrement je cède à la force mais je dois me soumettre au droit c'est-à-dire consentir à obéir à ses prescriptions par ce qu'il est le droit. La force est de l'ordre de ce qui est, du...
tracking img