Le front populaire au pouvoir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (821 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Front populaire au pouvoir
L'écueil de la guerre d'Espagne. Formé le 4 juin 1936, le gouvernement du Front populaire, présidé par Léon Blum et composé surtout de socialistes SFIO, responsablesdes ministères économiques et sociaux, et de radicaux, chargés notamment de la Défense nationale et des Affaires étrangères, s'attaque d'abord aux grèves. Un accord entre le patronat et les syndicats,arbitré par le gouvernement, intervient dès le 7 juin. Aussitôt après, Léon Blum fait voter par le Parlement un texte sur les conventions collectives, un autre sur les congés payés et la semaine de40 heures (qui ne figurait pas dans le programme commun). Blum accorde aussi son attention aux fonctionnaires, aux anciens combattants, dissout les fameuses ligues de droite, fait prolonger lascolarité obligatoire de 13 à 14 ans, nationalise les industries de guerre et crée un nouveau statut de la Banque de France.
La guerre civile d'Espagne, qui éclate le 18 juillet, pose un grave problème augouvernement du Front populaire. Les républicains espagnols, qui avaient constitué leur Front populaire après celui des Français, mais qui avaient triomphé aux élections avant la coalition de LéonBlum, s'attendent à recevoir une aide sans réserve de la part de la France. Ils commencent par lui demander des avions militaires. Blum et son gouvernement sont prêts à porter secours aux républicainsespagnols, mais ils désirent agir conjointement avec les Britanniques. Or, Londres est opposé à toute intervention militaire. Le gouvernement français se divise: les radicaux refusent toute aide directeà l'Espagne. Douze avions de chasse sont quand même livrés aux Espagnols. Léon Blum, qui, à un moment, a songé à démissionner, élabore la doctrine de la non-immixtion. Il pense que c'est le seul moyend'éviter l'intervention de l'Allemagne nazie et de l'Italie fasciste. Un Comité de non-intervention siège dès lors à Londres. L'Allemagne et l'Italie ainsi que l'URSS ont accepté la proposition de...
tracking img