Le goodwill

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6187 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION
Etape incontournable du processus des fusions, acquisitions ou cessions, la valorisation d’une entreprise est une opération complexe en raison de la pluralité des éléments qui entrent en compte.
Une évaluation dépend toujours de trois facteurs :
- Quel est le contexte de l’évaluation ?
- A qui l’évaluation est-elle destinée ?
- Quelle est la taille de l’entreprise ?
Ellenécessite que l’évaluateur ne se précipite pas sur des méthodes, mais respecte certains principes et établisse un rapport préalable complet : Une prise de connaissance approfondie s’impose : Après une visite de l’entreprise, il convient de diagnostiquer ses forces et ses faiblesses, en prenant en compte l’aspect humain (RH), en analysant le champ commercial (marché, produits) et industriel, sansomettre l’importance du domaine juridique.
L’évaluateur doit intégrer le futur de l’entreprise : Il doit étudier les données prévisionnelles et identifier les besoins financiers d’investissement ou de bon fonctionnement, de façon à déterminer l’enveloppe financière globale du projet.
Une évaluation débouche sur un intervalle de valeurs : Ce ne peut en aucun cas être un chiffre figé, surtout àpartir d’une moyenne.
Plusieurs méthodes d’évaluation sont utilisées pour connaître la valeur de l’entreprise à un moment donnée de sa vie. Parmi ces méthodes nous avons la méthode basée sur le bilan comptable de l’entreprise, celle basée sur les flux de trésorerie et la méthode hybride c'est-à-dire la méthode résultant d’un compromis entre les deux méthodes précédentes.
Dans la présente étude ils’agira pour nous de nous pencher sur la méthode des flux de trésorerie.
Cette méthode a vu le jour dans le but d’apporter des solutions aux limites posées par l’approche patrimoniale. L’objectif est d’apporter une nouvelle approche dans l’évaluation des entreprises. Cependant cette méthode répond-t-elle aux insuffisances de l’approche patrimoniale ? Ne présente-t- elle pas ses propres limites ?Dans la suite de notre travail, nous tenterons de donner des réponses à ces interrogations en définissant d’abord ce qu’est la méthode des flux. Ensuite nous présenterons les différents modèles proposés par certains auteurs et nous terminerons en examinant si cette méthode regorge des limites.

I. Définition
La logique de ces approches, dites actuarielles, est d’actualiser à un taux, appelé tauxd’actualisation (qui reflète le risque de l’entreprise), les flux de trésorerie futurs. La philosophie de cette approche repose sur l’idée selon laquelle l’acquéreur n’achète pas les flux passés de l’entreprise, mais au contraire les flux futurs. Toutefois, les flux retenus diffèrent selon les méthodes.II. les METHODEs DES FLUX :
II. II.1 Evaluation par les flux de liquidités :
Une démarchefondamentale d’actualisation des flux qui se déclinera en actualisation des dividendes et en actualisation des flux de trésoreries disponibles dite méthode DCF « Discounted Cash Flow »
Cette méthode consiste à considérer l'entreprise comme un investissement financier qui génère des flux de trésorerie. Ces flux de trésorerie doivent être actualisés pour donner une valeur actuelle qu'on est prêt àpayer. Pour l'acquéreur, elle revient en fait à apporter une réponse à la question suivante : compte tenu du rendement financier de l'entreprise, combien suis-je disposé à investir ? La réponse entraînera de facto trois autres questions : À quel taux faut-il actualiser ? Quel flux faut-il retenir ? Sur quelle durée doit porter le calcul ?
1. II.1.1 En avenir certain :
a) Taux d’actualisation
b)Dans une évaluation par les cash flows actualisés, le taux d'actualisation doit correspondre à l'exigence de rentabilité de l'acheteur. Il est admis, qu’appliqué à des revenus futurs certains le taux d’actualisation exprime l’attitude de l’investisseur potentiel au regard de l’échange entre une disponibilité présente et une série de disponibilités futures.
Sa formule d’après l’analyse...
tracking img